MA BELLE OUVERTE


1395129_326095824246353_6025089752344801603_n

MA BELLE OUVERTE

En lisière d’une stase obligée

je me tourne vers l’esplanade de ton corps

un murmure de colonne en enfilade

la fraise de tes seins

dressée pour perspective

au sommet de mon désir

Niala-Loisobleu – 14/04/18

 

MA BELLE OUVERTE

Ma belle ouverte en majuscule
Je sens
La nuit courir sous mes doigts
Ils crient devant toi gesticulent
Et ciel
Je veux mourir dans tes bras

Toi ni jalouse ni méchante
Je peux
Presque tout dire sur toi
Je te fais l’amour je te vante
Oui mais
Je parle d’autres parfois

J’ai au creux des mains les images
Qui font
Que mes accords sont brisés
Merci pour chacun des orages
Que je
Fais sur ton dos de damnée

Je dis ce que je ne dis pas
Le jour
En toi se tue la censure
Je suis l’amour j’ai tous les droits
Ma vieille
Je l’aime oh oui je le jure

Ma belle ouverte aux amertumes
Comme aux
Sentiers de sang sentiers d’or
Je crache un peu sur ton écume
Enfin
Je vois ce que voient les morts

Je te trahis tu m’abandonnes
Et femme
Je me noie dans tes brouillards
C’est grâce à toi que je me donne
A tous
A la fin de toute histoire

Et tant qu’aux néons de tes anges
Tout seul
J’irai me crever les yeux
De toutes les morts qui dérangent
Je ne
Craindrai que la mort des feux

A ce feu qui met en lumière
Les cœurs
Les cris les vœux défendus
Je voudrais faire une prière
Et dire
Merci de m’avoir tenu

L.L.P Louis Lucien Pascal

 

Illustration: Peinture d’Egon Schiele

 

A L’EAU, A L’EAU


190881

A L’EAU, A L’EAU

Un caddy, quatre qui bouchent l’allée, pas de retour, et puis quoi de soleil à venir ?

ce jour a la couleur cachée

A l’eau, oui c’est moué…Tout mouillé !

N-L 14/04/18