CRIME SANS AUTRE INTENTION QUE DONNER L’AMOR


 

1923_matisse_nu-sur-un-sofa

 

CRIME SANS AUTRE INTENTION QUE DONNER L’AMOR

 

Ce matin où sortie de ce chant, j’en attendis l’image sans intention malheureuse, pris tout entier par le coeur, je fis l’innocente erreur de n’avoir pensé qu’à mon bonheur de la voir

Restée dans le paravent de sa nudité, comme on protège son quant-à soi, dans l’armure d’une lointaine croisade perdue, je ne vis pas la moindre idée de viol dans mon attente

Cueillant un émoi qui jamais n’aurait son matin au terme d’une nuit parsemée d’étoiles

Bel arbre que je piétinais de mon imaginaire

d’un outrage commis en toute pudeur

comme on brûle la beauté en lui faisant insulte par blasphème

La honte mais trop tard

 

Illustration: Henri Matisse

Niala – 11 Avril 2018

Les mots peints: Sérénité.


LE DEUIL DES ILLUSIONS PERDUES

Et le souffle de ce vent géant
Anéantit,
L’ espace d un instant,
Dans un sourire flamboyant;

Les racines si frêles
De cet arbuste florissant
Sans se soucier
De ce flot de sève bouillonnant;

Se déversant dès-à-présent,
Sur ce sol aride,
Dépourvu de sentiments
Tel ce torrent dévastateur,
– Ô émotions-;

Dans lequel disparaît
Ce fulgurant foudroiement :
– Ô cruelle déception!-

Cependant,
L’ écho strident de ce cri
Déchirant cette sinistre nuit;

Se perd en vain
Dans les abysses de ce temps
Qui inéluctablement fuit;

Là où une étoile sanglote,
Faiblement,
Accrochée à cet Arbre
Erigé fièrement;

Avant de s’éteindre,
Dans le plus dévastateur des silences,
Inéluctablement!!!!

Oui,
Désormais,
Je me retranche
Dans cet étrange monde
Dénué de sens;

Car seule l’ obscurité ténébreuse
Exorcisera les ravages sans détour
Lié à cette douleur si intense;

Puisque sombre discrètement,
Dans la pénombre,
La clarté de ce triste jour!!!!!

Ô puisse la magie
De cette poudre immaculée,

Dans la plus féerique des euphories,
Cet horizon rebelle et Sauvage plonger

Dans ce douloureux paysage,
Par les illusions perdues,
Endeuillé!

« Le deuil des illusions perdues »
Copyright Joh Hope,23.12.2011

Extrait de: Recueil: « D’Ombre et de Lumière »
Joh Hope

Merci Barbara, toi seule et tes mots peuvent dire la place occupée ici. Soyez les bienvenus, merci.