VERS LA SERENITE


139089

 VERS LA SERENITE

Ah les jeux d’eau ça ne laisse pas sec, j’éclabousse, plus un poil de sec, la machine en tousse de toute part, que mon doigt amateur d’échanges peut plus suivre pour trop de lenteur. Une averse, un rayon de soleil, tous les 1/4 d’h, es-tu là, bien sûr je fais qu’ça à repousser les effets du crabe, trouver le taxi conventionné, l’ambulance, le médicament qui faut aller chercher, l’arrivée d’une nausée, putain la chimio. On me trouve nerveux, un bain c’est vrai ça détend, enfin…Tout à coup ça se vide. Je lâche la rampe, l’esprit au fond de la trappe au tigre. Rugis, chasse au fauve. Renifle. Clic, sortie de ben, fais gaffe tu dégoulines, sors dans le jardin et pas pour du peint, la poésie a glissé sur la savonnette. Ouf un banc, vais pouvoir m’a seoir ? Puis trouver le bon arbre où disparaître au fond du trou du cul du monde, les yeux sans voix, peau contre peau, gravité retrouvée…Si on caressait le chien, putain que j’aimerai bien.

N-L – 10/04/18

 

11 réflexions sur “VERS LA SERENITE

  1. Très beau, pudique, et l’on te suit pas à pas dans le désespoir griffé de quotidien, quand la nacelle du temps chavire dangereusement par dessus le vide.
    je t’embrasse, Zoizo
    ¸¸.•¨•¸¸.•¨• 🦋

    Aimé par 1 personne

  2. Un ban impossible à publier au jardin sans marié sans mariée qui ne connaîtront pas les affres du quotidien mais seulement ceux différents du mot-peint.

    «La dérision, la honte même d’être poète, nulle société plus que la nôtre ne l’a refoulée dans des déserts appropriés, à l’écart des techniques qui ont fait de l’homme cet être soulevé de terre, étranger à son souffle, séparé de sa vie. Niant la fatalité de ce glissement résigné, le poète n’a d’autre prétention que de gravir, de gravir coûte que coûte, même si l’âpre sentier ne conduit nulle part, ou à quelque éperon de granit battu de vent et d’infini. Épris du versant obscur de toute montagne ou d’aucune, il se soucie peu du sommet pourvu qu’il soit l’inaccessible.
    Le poète n’est fidèle à la parole reçue qu’à la condition de l’accroître, puis de la perdre, avant d’être à son tour reconnu et rejeté par elle.»

    Jacques Dupin.

    Aimé par 1 personne

    • Heureusement que rien ni personne ne puisse interdire au poète…Et que personne ne se méprenne sur le sens des paroles du poète.
      Toute mauvaise interprétation ne peut prêter qu’à de graves confusions. Le retour de voix c’est un torrent de joie, la beauté d’une cascade dans un immense jardin vierge, sans méchancetés rampantes, j’appelle pas ça le paradis, simplement l’amour. Une pure merveille qui fait totalement suite à la poésie en cours. Que des tracasseries normales et sans gravité en provenance de réaction chimiques se manifestent c’est logique, que des services administratifs et tralalas s’y ajoutent c’est l’insupportable qui bloque avec ses grains de sable la Sérénité…Et s’entendre causer de honte à propos d’un heureux événement ça déglingue…Le poète a toujours raison. tu sais toi Barbara.

      Aimé par 1 personne

      • A PERTE DE VUE DANS LE SENS DE MON CORPS

        Tous les arbres toutes leurs branches toutes leurs

        feuilles
        L’herbe à la base les rochers et les maisons en masse
        Au loin la mer que ton œil baigne

        Ces images d’un jour après l’autre
        Les vices les vertus tellement imparfaits

        La transparence des passants dans les rues de

        hasard
        Et les passantes exhalées par tes recherches obstinées
        Tes idées fixes au cœur de plomb aux lèvres vierges
        Les vices les vertus tellement imparfaits
        La ressemblance des regards de permission avec les

        yeux que tu conquis
        La confusion des corps des lassitudes des ardeurs
        L’imitation des mots des attitudes des idées
        Les vices les vertus tellement imparfaits

        L’amour c’est l’homme inachevé.

        Paul Eluard

        Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s