Elle m’a montré a comprendre


Elle m’a montré a comprendre

De celles qui en corps moins que ceux. Passent entre les paragraphes d’une histoire sans titre de gloire, elle était née dans une région qui n’avait rien connue d’autre que les guerres les unes à la suite des autres.

Son amour en fut victime. Celui qu’elle aimait autrement que les autres pris par la première mondiale n’en revenait pas. Sauf une fois, en perm. Où il se creusèrent tellement l’un dans l’autre, qu’à cette époque ils enfreignirent l’honneur d’une morale à la vue basse.

Elle travaillait dans une usine qui fabriquait des obus.

Enfin sonna l’armistice. Son amoureux revint non sans y avoir laissé des morceaux. Découvrant la présence d’une petite-fille à ses côtés, il regretta de n’avoir pas été tué. Elle dut lui redonner confiance en lui rappelant la perm. Ce qu’elle lui avait offert et ce qu’il lui avait laissé.

Les années passèrent, trop courtes. A nouveau leurs Ardennes furent victimes d’un lieu d’invasion ancestral qu’un fumiste Macintosh avait juré inviolable.

Elle m’élevait. Je lui dois l’essentiel et un bonheur d’enfance sans failles.

Elle a résisté à l’oppression, son amour uni a elle. Frôlé la mort, perdu des frères et sœurs fusillés ou déportés.

Je l’ai vu finir dans la pire condition. Attachée décharnée hurlante à un lit, son amour sur la couche voisine prenant le même chemin jusqu’à ce qu’il se débranche.

Elle s’appelait Marthe et lui René. C’étaient mes grands-parents. La petite fille Suzanne, fut ma mère Elle les avait mis au mouroir

Ce jour j’ai la ferme conviction qu’aimer ne porte pas chance dans l’esprit que ce monde a de l’amour.

Aimer ne peut être que don de soi

N-L 05/04/18

12 réflexions sur “Elle m’a montré a comprendre

  1. Touchant au possible, Niala, autrement dit ma larme a coulé. Sur le chemin de sa propre reconnaissance, l’Ardenne a encore un bout de chemin à faire. Certains et certaines y œuvrent … avec amour. Merci, Niala, et un doux après-midi à vous.

    Aimé par 1 personne

    • En ce temps de larmes liées au seul profit d’intérêts en tous genres, pleurer affronte le quotidien pour arriver à en surpasser ce qu’il oblige à endurer tout ce qui a l’image d’un contraire au bonheur. Pour ma part, je n’avais pas pleurer depuis un bon moment, les circonstances ayant tout tari. Mais je considère depuis qu’elles ont varié, que c’est un acte de courage à remettre en circulation, surtout pour un homme.
      Merci Gilles, je suis infiniment touché par ce témoignage.

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s