LE TEMPS MORD


1926_otto-dix_half-nude

LE TEMPS MORD

Un mouvement est là, dans l’immobile incongru, est-ce la pensée plus forte que les rues qui ont été fermées qui fêle ?

A n’en pas douter, dans l’angle le papier-peint baille, la forme transparaît par l’ouverture du temps. Les quais des trains ratés en quittant leurs vêtements un à un dévoilent la beauté des lieux. On ne part de soi trop tard qu’en restant sous son chapeau.

L’âne qui tourne la noria pense-t-il aux déserts  sur lesquels les sots se répandent, prêtons-lui le bénéfice du doute de l’innocence, l’âne est pas domestique au point de tomber si bas, il a le sien à porter et cela lui suffit.

Il était pas en corps l’heur des seins qui devance le coq qu’à mon oreille j’entendais ton pouls battre. Pour preuve ce bleu qui macule encore mes doigts. La couleur dit clairement d’où l’on sort et où on a l’intention d’aller. Ce petit-linge accroché au dossier de la chaise même avec ce cheveu qu’il a gardé sur la langue, peut dire l’enchantement du coeur de la forêt sans zozoter. Un solide conteur aux veillées que celui-la. Ficelle, vous avez-dit ficelle, ah non, je parlais de soie pas d’un autre.

Illustration: Peinture d’Otto Dix

Niala-Loisobleu – 30/03/18

10 réflexions sur “LE TEMPS MORD

  1. Prendre un contenant vide, le secouer jusqu’à ce qu’il crie et le ventouser sur son coeur pour tout garder….
    Merci tracesdusouffle.

    J'aime

  2. Le vent fait tomber la vision à la fenêtre, je me suis approché, ça va, tes seins sont en place. Tout penche et tout tombe.C’est une autre histoire, ton corps n’est pas concerné. Il n’a rien de banal…
    Merci Anne.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.