DEUX PEINTRES


images (1)

DEUX PEINTRES

Ces deux peintres ne pouvaient se souffrir et ne se rencontraient que pour s’échanger les plus grossières injures.
Parmi les plus cinglantes figuraient celles de krabber (griffonneur) et de klatcher (barbouilleur).
L’un avait l’air d’un boxeur hilare, l’autre avait le visage du cénobite émacié.

Faut-il sacrifier les couleurs aux formes pleines — négliger l’orgie chromatique pour la fermeté stricte du contour, dédaigner l’anecdote — et n’aboutir à la
narration non figurative que par la tache structurante?

Les deux peintres renouvelaient à plaisir cette querelle des
Universaux.
Gauguin, un maçon qui lutte contre l’épar-pillement des couleurs, ne peut que s’insurger contre la
Provence convulsive de
Vincent.

Barbouilleur de l’instinct
Griffonneur de l’intellect

la dispute tournait au dialogue de sourds

Les nèfles sont trop mûres

Vieil olivier tordu

L’humour est centre de gravité.

Paul Neuhuys

 

1200px-Paul_Gauguin_111

9 réflexions sur “DEUX PEINTRES

  1. Je les aime tous deux… Y-a-t-il un peintre que je n’aime pas ? ah si ! Bernard Buffet… trop mondain, trop raide aussi… (et puis, trop de succès de son vivant -pour faire suite à une réponse de toi, lue seulement ce matin-

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.