ROUGE BAN BLEU TRIPLE BANC


070a44620ab6891e2e357c469b6af24a

ROUGE BAN BLEU TRIPLE BANC

Stanilas était mieux versé dans les grilles

que dans la porte

Pourtant j’ai reçu un carton

d’un bleu banc

que la mer avait rempli de son sel

à l’apporte du soleil

le fils se faisant cygne

Je m’y suis assis les yeux fermés

banc de la Place du Forum

Pompidou marchant à son tour sur une grille

cette fois de métro

s’est soulevé jusqu’au ô

façon Marylin

T’as d’belles cuisses ai-je dit à ma Muse

en plongeant au bain de ses yeux

seins dans les seins

Notre-Dame n’ayant pas retrouvé son bourdon

et Rome toujours sous pape

il a fallut qu’une mouche débarque  en marie-salope

Eh l’Oiso je monte à bord

dans ta trière ya du bon suc de vigne

et les cales en jarres telles que mains tenant

la porte est double

et le bleu triple

sous les fées de l’Al cool

Les rameurs tenaient le marchand d’esclaves

par le fouet du tambour

et la chaîne galère vaine et ri hyene

par la peau des couilles

devenues si bleues

qu’on aurait dit la porte de vingt cènes

en position des tireurs couchés

 

Que du bonheur en bleu de chauffe

l’ô fourneau rallumé

les mines réjouies du géniteur et d’un de la progénitue

trois moins deux et je retiens un

trempant jusqu’au cou

dans l’encrier

pour peindre

en qu’aime et narre

la voie du bleu d’un triple ban

comme si un ange pouvait être haut-de-contre

Niala-Loisobleu – 14 Mars 2018

 

6eb920985a3997fb624a9a87cfab2e25

 

LA VIE, LA MORT


LA VIE, LA MORT

 

TREMPLIN

Depuis l’oeil

Depuis l’aube elle a cheminé

Depuis son enfance elle a traversé les frontières

Franchi les océans pour nous rencontrer

Franchi les tempêtes pour nous apporter

Les rameaux les roseaux les étamines

Nous révéler les cercles de son écriture

Les graines de son histoire et les planter

Les graines de son errance et les soigner

Dans son atelier les peindre

Dans les rues de notre capitale

Entre les pierres du jardin de son ermitage

Les graines de ses espoirs entre les pierres

Du palais de ses souvenirs puis les cueillir

Pour les rapporter à travers les perturbations

Les annoncer en dépit des conflagrations

Jusqu’aux rivages des égarements

Jusqu’aux sources du lendemain

Jusqu’aux ramages des émaux

Jusqu’à la paix.

Michel Butor

BBBBZZZZZZZZZZZZZZZ LA MOUCHE…


2

BBBBZZZZZZZZZZZZZZZ LA MOUCHE…

Marguerite,
Ton acharnement à te réabonner à mon blog témoigne d’un entêtement à me déranger étant donné qu’il est parfaitement clair que je veux ni te voir ni te lire. Tes likes mentent, ce que tu aimes c’est juste énerver comme une mouche…une grosse verte.
Je dois faire face au cancer de mon épouse et l’aider le plus sereinement possible dans son traitement. Cela exige que je ne sois pas importuné bêtement et méchamment. Je te demande de te désinscrire afin d’éviter de remettre à nouveau mon blog en privé.
Je désire ne plus te voir, c’est clair.
MercI.

 

http://www.lejardinsecretdemarguerite.wordpress.com

https://fr.gravatar.com/caprine321

 

Niala-Loisobleu – 14/03/18