IL N’Y A PAS A DIRE


IL N’Y A PAS A DIRE

Francis Ponge

 

Celui qui crève les cercueils à coups de talons de souliers ou d’autre chose, par définition c’est un ange.

Cet ange-là — que veux-tu que j’y fasse? — je l’emm… comme les autres.

Rimbaud, Vaché, Loti, Dupneu, Barrés et France… : il n’y a pas à dire : quand on parle, ça découvre les dents.

Viens sur moi : j’aime mieux t’embrasser sur la bouche, amour de lecteur.

Francis Ponge

16 réflexions sur “IL N’Y A PAS A DIRE

  1. Crève-cercueil quel beau métier. Celui qui fait des bouches à air pour la musique inspire une autre idée de l’au-delà…
    Merci Célestine.

    J'aime

    • va trop vite Loisobleu à la ligne tu te démarques et suis à la traîne la langue pendue et le vol raccourci …
      « l’amant religieux » à retrousser la nonne entre croix et chapelet à la nudité du lieu, à l’écho transfiguré et pale entre cuisses …

      Aimé par 1 personne

  2. Bon jour,
    Les cercueils sont pas toujours ceux qu’on croix et puis qu’importe l’achille au talon y aura toujours un mec avec un clou pour le planter dans le mot de la marge, le mot SDF qui suinte la bronchite d’encre et pisse les lignes d’angoisse au froid d’encre et pleure seul dans sa chaumière en carton ..; etc …etc …
    Max-Louis

    J'aime

    • Sous ses joutes un porte- jarre tel qui tient plus haut qu’un bas … avant qu elle manque de souffle la bergere y aura plus d’un pâtre en attelle… brisé menu du baratin…

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.