Sans heures ni couronnes


On voudrait définir le sens de son vol, sa distance par rapport à l’environnement contraire et sa hauteur dans un déroulement si bas. Qu’a -t-on de ce bleu qui est quelque part, mais où ?

Si tu soulevais tes seins en dehors de la corbeille, j’aime à croire qu’ils me sortiraient de cette sécheresse ambiante. L’aréole rosit le rictus du tic-tac pendulaire …

N-L – 23/02/18

25 réflexions sur “Sans heures ni couronnes

  1. Pas de plomb quelque soit sa coulée, son importunité, sa pesanteur, son extinction d’air…j’ai du vol au van dans l’harnais, quelque chose du vieux cheval que tu sais au sillon, aux semailles et à la croyance de cet absolu poétique….

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.