A MA PREMIERE VUE


9b037997f1f416efd1e037e431201de6

A MA PREMIERE VUE

 

Je reste dans la perspective du réveil, non pas sortir de cette teneur d’illusion qui fait une réalité à partir d’une basse d’envol avérée

J’ai vu dans le froid du soleil retiré, denser par la chaleur d’une pensée à qui j’ai donné un nom, sans recevoir de non en réponse

Si je savais comment d’où je viens réellement, je m’aurais accepté cartésien, peut-être, mais voilà, je rêve aussitôt après être sorti de ma nuit, tant qu’à choisir pourquoi aller vers le pire, le bon du bonnet, le bon du bonnet, me répète en boucle le tunnel du métro matinal de mon adolescence. Je le prenais à Pyramides, c’est de là que j’ai des siècles qui contemplent…

Ce qui vient de l’amour tant ça humanise la barbarie terrestre que ça incline à panser positif

Et puis j’ai soif de ses seins dès le réveil, pas un enfant ne se méprend sur ce signe…

 

Niala-Loisobleu – 10 Février 2018

11 réflexions sur “A MA PREMIERE VUE

  1. Barbara, la force des maux touche le but visé au cœur de la précieuse ridicule cible…quel pitoyable tableau laisse le mur au peintre malavisé en choix comme en prédictions..,reste le pilon pour mettre au net. Je Le

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.