AU PAYS DE LA MAGIE,


Henri Michaux

 

AU PAYS DE LA MAGIE, I

 

J’ai vu l’eau qui se retient de couler.
Si l’eau est bien habituée, si c’est votre eau, elle ne se répand pas, quand même la carafe se casserait en quatre morceaux.

Simplement, elle attend qu’on lui en mette une autre.
Elle ne cherche pas à se répandre au-dehors.

Est-ce la forme du
Mage qui agit ?

Oui et non, apparemment non, le
Mage pouvant n’être pas au courant de la rupture de la carafe et du mal que se donne l’eau pour se maintenir sur place.

Mais il ne doit pas faire attendre l’eau pendant trop de temps, car cette attitude lui est inconfoi table et pénible à garder et, sans exactement se perdre, elle pourrait
s’étaler pas mal.

Naturellement, il faut que ce soit votre eau et pas une eau d’il y a cinq minutes, une eau qu’on vient précisément de renouveler.
Celle-là s’écoulerait tout de suite.
Qu’est-ce qui la retiendrait ?

L’enfant, l’enfant du chef, l’enfant du malade, l’enfant du laboureur, l’enfant du sot, l’enfant du
Mage, l’enfant naît avec vingt-deux plis.
Il s’agit de les déplier.
La vie de l’homme alors est complète.
Sous cette forme il meurt.
Il ne lui reste aucun pli à défaire.

Rarement un homme meurt sans avoir encore quelques plis à défaire.
Mais c’est arrivé.
Parallèlement à cette opération l’homme forme un noyau.
Les races inférieures, comme la race blanche, voient plus le noyau que le dépli.
Le
Mage voit plutôt le dépli.

Le dépli seul est important.
Le reste n’est qu’épiphénomène.

 

Henri Michaux

P1050472

5 réflexions sur “AU PAYS DE LA MAGIE,

  1. La gouaille des blanchisseuses m’a ouvert les yeux durant mon enfance. Comme dans toutes les rues animées de Paris, il y avait une blanchisserie. Là des femmes au verbe franc redonnaient une certaine blancheur aux draps salis de mauvais comportements. C’est un véritable dépliement qui m’a été donné de comprendre. Le puceau chez les dames, je pense que je n’ai pas trouvé meilleur cours de morale.
    Je vais aller sécuriser un peu plus la cabane aujourd’hui. Profitant d’un répit climatique annoncé pour la journée….La cabane…..
    on se lâche…trop d’agressions m’en éloigne…le viol journalier de la société actuelle, c’est bien autre chose que le harcèlement qui fait mode. Le vélo sur son dos, pédale dans son petit nuage, c’est l’heure, je t(emmène Célestine…

    Aimé par 1 personne

    • Le passage présent étant ce qu’il est avec sa tendance bien fermée…imagines le nécessaire dépliement à trouver ma Célestine….pas facile le tournant cabane à franchir, ma Célestine. Mais commencer ce jour avec toi est positif.

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s