QUADRILLE DES HOMARD


Louis Aragon

 

QUADRILLE DES HOMARDS

 

Allez un petit peu plus vite À l’escargot dit le merlan
Un marsouin piétine ma queue
II proteste qu’on est trop lent
Voyez les tortues les homards vivement comme tous avancent
Ils attendent sur le plongeoir
Voulez-vous entrer dans la danse
Voulez-vous ne voulez-vous pas voulez-vous entrer dans la danse

Imaginez-vous seulement le plaisir que cela sera
Dans la mer avec les homards lorsque tous on nous poussera
Mais l’escargot dit
C’est trop loin
Avec un air de défiance
Et mille mercis au merlan mais quant à entrer dans la danse
Il ne voulait ne pouvait pas ne voulait entrer dans la danse

La belle affaire si c’est loin
Disait son écailleux ami
La côte de l’autre côté on peut s’y baigner c’est permis
Plus on s’éloigne d’Angleterre et plus on approche de
France
N’ayez pas peur cher escargot mais entrez plutôt dans la danse
Voulez-vous ne voulez-vous pas voulez-vous entrer dans la danse

Tu me parles de ton enfance et ta tête est sur mes genoux
Dans la chambre au premier qui pour nous sera les jardins d’Ar-mide

Eiffel
Tower
As-tu six pence pour le gaz
II fait humide

Et froid
La flamme jaune et bleue à nouveau danse devant nous

Raconte-moi ton univers raconte-moi ta solitude

Ne sortons pas restons devant les cuivres de la cheminée

Ton père te ressemble il est sombre à la fin de la journée

Les souliers te font toujours mal la gouvernante a la voix rude

Il y a une maison d’ombre et d’ordre avec l’argenterie

Des cristaux les glaces qui rêvent d’une robe bruissante

Tu n’as pas le droit de courir le parc sur le sable des sentes

Et la pelouse est toujours rase au-dessous d’un ciel toujours gris

Tout ce long temps tout ce long temps de notre enfance qu’on gaspille

Chaque mot que tu dis en moi s’enfonce à la façon d’un clou
Chaque mot que tu dis de ton passé me rend triste et jaloux
Femme ô femme que ne t’ai-je connue alors petite fille

Tes amants n’en souffle pas mot qu’ai-je à faire de tes amants
Mais descendons au restaurant
Les salles sont déjà désertes
Nous ne serons que tous les deux assis parmi les plantes vertes
Le patron viendra nous parler avec son accent allemand

Le vieux
Stulick a l’air d’un phoque
II te dira tendant la carte
De
Qveen ov hearts she mode sortie tarts

All on a summer day
De
Knave ov hearts he stole dose tarts

And took dem qvite a-v-way

Dame de cœur je le sais bien un jour il faudra que tu partes

Malles
Chambres d’hôtel
Ainsi font ainsi font font font
Dans les couloirs silencieux les chemins gris bordés de rouge
Et l’on met les souliers dehors afin de mieux voir au plafond
Le couple des ombres qui bouge

Elle n’aimait que ce qui passe et j’étais la couleur du temps
Et tout même l’Ile
Saint-Louis n’était pour elle qu’un voyage
Elle parlait d’ailleurs
Toujours d’ailleurs
Je rêvais l’écoutant
Comme à la mer un coquillage

Une femme c’est un portrait dont l’univers est le lointain À
Paris nous changions de quartier comme on change de chemise
De la femme vient la lumière
Et le soir comme le matin
Autour d’elle tout s’organise

Une femme c’est une porte qui s’ouvre sur l’inconnu
Une femme cela vous envahit comme chante une source
Une femme toujours c’est comme le triomphe des pieds nus
L’éclair qu’on rejoint à la course

Ali l’ignorant que je faisais
Où donc avais-je avant les yeux
On quitte tout pour une femme et tout prend une autre envergure

Tout s’harmonise avec sa voix
La femme c’est le
Merveilleux
Tout à ses pas se transfigure

Et je m’amusais tout d’abord
Crépusculaires
Ophélies
Aventuriers au teint brûlé comme des châteaux en
Espagne
Gens en disponibilité
Charlatans de
Gallipoli
De ce monde qui l’accompagne

Qui est l’actrice aux yeux d’iris lourde et blonde comme un bouquet

Il y a dans la perspective un ballet d’ombres qu’on devine
Jaloux des pages florentins pâle s’exerce au bilboquet
L’Arlequin du
Pont de
Brooklyn

Et cette dame d’organdi comme une figure de proue
Qui tuera son mari le joueur de polo dans une gare
De grands diables décolorés
Chiliens bleus Écossais roux
Couverts de cendre de cigare

La négresse irlandaise a soudain pour moi des airs de
Manet
Sans doute est-elle comme moi lasse d’écouter leurs fadaises
Elle ne se sert que des mots qu’on connaît
Tou’U miss me
Honey
Un de ces jours
Some of thèse days

Cette vie insensiblement chante pour nous les yeux fermés
Parler parler boire et danser tant que la nuit le jour l’épouse
Il y a toujours quelqu’un là pour qui le temps file en fumée
Sur le rythme et l’accent d’un blues

Essayons de retrouver le grand air
Mets tes doigts dans les miens
Gilles
Pierrot la coterie oublions un peu leurs visages
Par-delà les vagues frondaisons de
Watteau
Veux-tu bien
Nous perdre au cœur du paysage

Les martins-pêcheurs au ciel jaune et rose
Cousent le printemps au-dessus des toits
Où leur vol léger en passant se pose
Aux créneaux neiges que les vents nettoient

La
Tour des
Harengs de l’hiver se lave
Maisons à l’envers leur front mauve est pris
Dans les lourdes eaux d’un rêve batave
Que les bateaux gris lentement charrient

Les bateliers blonds au bleu de leur pipe
Ont les yeux noyés par l’Indonésie
Tandis que les marchandes de tulipes
Pour les étrangers déjà s’égosient

Ce calme c’est le calme du commerce
Ce silence est fait de soie et d’étain
Les grands bassins de mât en mât y bercent
Le soir safran qui sur les quais déteint

Le jour déclinant les digues cyclables
Dans un
Ruisdael sombre aux rouges falots

Portent de la ville au loin par les sables
Le pédalement de mille vélos

Mais dans l’échoppe est assise une dame
Comme un bijou qui dort en son écrin
Car c’est ici le ghetto d’Amsterdam
Où des bras blancs entourent les marins

On dit amour pour nommer cette chose
Qui peut durer juste le temps qu’il faut
Petit palais de la métempsychose
Pour avoir l’œil rond comme l’ont là-haut

Les martins-pêcheurs au ciel jaune et rose

Quand je me retourne en arrière il me semble que ces jours sont
Casinos blancs cieux aveuglants dans le soleil intarissable
Dunes de
Dieppe ou
Biarritz blessures de sel et de sable
Un seul et torride juillet poudré d’or et taché de son

Je vois un jardin dévasté par la lumière et la paresse
Je ne suis pas autrement sûr que sa rocaille ait existé
Il se peut que ce n’ait été qu’une illusion de l’été
Une simple soif d’autre chose
Une rose de sécheresse

Pourquoi dans un couple d’amants un tel amas de solitude
C’est une brume qui se lève et sépare le monde en deux
C’est comme un besoin de s’enfuir un peu moins des autres que d’eux

Le plein midi d’aimer mortellement porte sa lassitude

Le plein midi d’aimer mon cher des mots comme ceux-là font rire
Suis dans les champs coupés de murs le lézard et le scarabée
Et surtout ne t’en reviens pas vers elle avant vêpres tombées
Il y a des fleurs qui le soir seulement daignent s’entrouvrir

Je vois ce temps qui fait long feu comme un pauvre enfant qui mendie

Je vois des villes de poussière avec leurs arbres sans couleur
Je confonds le sud et le nord dans le vent et dans la chaleur
Je confonds la haine et l’amour la
Provence et la
Normandie

J’écoute le silence du temps dans les villégiatures
Un chien fuit sans demander son reste et boite dans le sentier
J’entends le bruit d’une voiture au loin dans un autre quartier
Puis tout reprend cette tremblante immobilité des peintures

J’attends j’attends la nuit comme une bénédiction de
Dieu
Et dans la paume de mes mains je sens brûler ce qui me touche
Pour que le tableau soit complet il y manque encore les mouches
Et le dégoût et la fatigue et les pavillons de banlieue

Louis Aragon

4 réflexions sur “QUADRILLE DES HOMARD

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s