Miracle, le cauchemar se fait rêve


187767

Miracle,

le cauchemar se fait rêve

Sous l’immense verrière la gare tient les arrivées et les départs en attente. Ligne de démarcation, comme la berge qui regarde l’autre rive de la rivière. C’est le matin. La salle d’attente se retient de dire. Prolonger son intime refuge au-delà du bruit des premiers pas. Avant que la faim ne pousse l’enfant à la demande du sein. Cet homme, assis au bout de la banquette, porte sur son ,front l’incessante marche d’errant. Un destin inscrit dans le mouvement perpétuel de l’exode. Le percolateur du buffet lâche un commencement d’odeur d’oeuf bouilli; un panneau viandox au-dessus de l’étagère des tasses, sur l’ensemble d’un indélébile relent de sueur se baladant de compartiment en couloir des trains de nuit pour finir par poser ses coudes du zinc au marbre d’une table. Et cette angoisse qui n’a pas réussi à dormir, on la voit debout dans les yeux de leurs corps fatigués de fuir. Les voici, on les sait avant de les voir déboucher, le bruit de leur bottes est le signal que la trêve est finie.

– Papiers, papiers, aboient les crosses de fusils dans l’haleine fétide des brutes occupantes.

On entrevoit un filet de soleil passant dans un mélange de porte entrebâillée et d’imagination exacerbée par l’espoir. Cette force incontrôlable qui s’oppose à l’envie de laisser choir.Les miliciens couleur de néant, rient comme des voleurs de réalité se faisant croire à l’impunité. La force du nombre si chère aux lâches. Ils ont trempé leurs mains dedans quand, mitraillant ce couple qui tentait de fuir ils les ont rattrapés de leurs rafales. Des enfants n’auraient pas du voir des images comme celles là, fait un contrôleur qui n’a plus le courage de vérifier les billets. Le voudrait-il qu’il n’en trouverait pas le moyen dans la bousculade d’une panique qui s’éveille avec le premier bruit des locomotives balançant la vapeur en pression.

Tout l’monde en voiture ! crache le chef de gare, en balançant son fanal.

Je me lève du lit-superposé de ma nuit de passage. C’est net dans mon esprit ce flou des moments où l’homme s’est vraiment montré dans toute la perspective possible du doute quant à son évolution. Il tue plus naturellement qu’il parvient à vivre. Rien de cette effroyable vérité n’affecte les images que les affiches invitent à suivre. Les passages souterrains de la gare sont couverts de vantardise des trains de plaisir. A quai, on a mis des wagons de marchandises, debout on arrive mieux à augmenter la charge de voyageurs. Dans le noir du tunnel les chemins de traverses se sont éteints d’eux-mêmes…

Passage, passage, passage….

Si t’es pas sage me dit une voix pointue comme une baïonnette je te pique ta prochaine année.

On ne voit pas de serpentins accrochés aux miradors, un orchestre joue.

– Bonjour tu as bien dormi mon enfant, me dit une voix joyeuse, réveille-toi on est arrivés en 2018, c’est fini..Bonne Année ! Viens lèves-toi, de quoi as-tu rêvé durant la traversée ?

– Je me souviens seulement d’un miracle, merveilleux espoir insensé, avec l’augmentation des fluides au 1er Janvier, la fermeture des chambres à gaz était inscrite parmi les mesures d’économie !

Niala-Loisobleu – 1er Janvier 2018

 

12 réflexions sur “Miracle, le cauchemar se fait rêve

  1. Bon jour,
    Un texte « énorme » qui me laisse pieds et poings liés à lecture. Une bourrasque sur la ligne d’horizon de la narration m’emporte. Le tragique s’ouvre les yeux à la féconde palpation de l’histoire.
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    • L’indifférence en amputant l’organe de la conscience ressent le besoin d’excitant. La pensée étant commandée par les organes sexuels, il faut quoi qu’il en coûte et ce que ça coûte pouvoir bander. Je bande donc je suis dit l’issu élevé du singe. Alors le frisson du mélo fait office de glandes. Tant et si bien qu’on finit par plus voir qu’on a franchi la fiction pour entrer dans la réalité. La preuve ? Ben tu vas voir de l’avoir dit j’vais être traité d’menteur, de facho, de provocateur de troubles, d’asocial…Ben voyons.
      En fait plus hostile que moi au massacre entretenu et développé par les médias aux ordres du pouvoir, tu meurs.
      J’aime à en être classé « con dangereux », trempé dans l’imposture de rosières plus salopes que de pures péripatéticiennes, montré du doigt par des abonnées d’addiction aux pires tares et vices humains…réputés pour leur interventions de moralistes.
      La vérité ne m’apparaissant pas comme le fléau devant être tu, il me semble qu’on peut narrer l’histoire sans veiller à endormir.

      Merci Max-Louis, j’ai vraiment plaisir à converser avec toi. Ton rejet du rose est d’un bleu pur.

      Aimé par 1 personne

  2. La belle mise, tours a quatre épingles sous son chapeau de messe d’onze heures le lança un oei
    critique qu’un coup de vent lui rendit, retroussant sa culotte sale à répandre son amoniaque…
    Merci michema.

    J'aime

  3. Le cauchemar fait froid dans le dos… Je suis contente de nomadiser sur les chemins des ans 2000, même si je sais bien que l’Histoire ne fait que serpenter en spirales et que tout revient sans cesse de ces guerres et de ces haines… Mais bienvenue en 2018 mon Zoizo et merci de ces chemins partagés depuis si longtemps et qui, je l’espère dureront encore longtemps… longtemps… longtemps!

    Aimé par 1 personne

    • Longtemps après que les poètes auront disparus..
      Ces chemins que j’évoque pour en avoir connu l’existence, sont ils est hélas vrais plus souvent momentanément recouverts d’un oubli qui finit par participer à les faire revenir….Je conjure le sort. D’une force de savoir aimer. Me disant qu’en me demeurant mémoire, je me fais en quelque sorte le gardien d’amour au lieu de celui de haine qui se tait dans l’ombre, prêt à sortir.
      Longtemps, longtemps Namarisha !

      J'aime

  4. Le recel d’une complicité niaise participe au jeu démoniaque d’habiles tireurs de ficelles. Leur air bon-enfant, cachant leur passion cruelle d’arracheurs d’ailes, trouvant ainsi plus qu’ils ne pouvaient en espérer.
    Merci ivanitch.

    J'aime

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s