Fermer

Et maintenant aux fesses


verlaine2

 Et maintenant aux fesses

 

« Et maintenant, aux Fesses !
Je veux que tu confesses,
Muse, ces miens trésors
Pour quels — et tu t’y fies —
Je donnerais cent vies
Et, riche, tous mes ors
Avec un tas d’encors.
Mais avant la cantate
Que mes âme et prostate
Et mon sang en arrêt
Vont dire à la louange
De son cher Cul que l’ange.,
O déchu ! saluerait,
Puis il l’adorerait,
Posons de lentes lèvres
Sur les délices mièvres
Du dessous des genoux,
Souple papier de Chine,
Fins tendons, ligne fine
Des veines sans nul pouls
Sensible, il est si doux ! »

Paul Verlaine

https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/expos/et-maintenant-aux-fesses-la-face-erotique-des-poemes-de-paul-verlaine-155779

L’Arbre-Chaman


Foret_cedres

L’Arbre-Chaman

Sur des marques de pieds humides

flottent des coques de fruits secs

L’instrument à vent se demande comment faire un auto-bouche-à-bouche

Le cheval frotte mon dos meurtri de sa douce crinière

en chassant les mouches de sa queue hélicoïdale pour amener l’équipage à reprendre la mer. Les poches de mes cuisses rechargent le ballast en cailloux. Le chardon remauvie sa fleur en  l’arrosant au pili-pili. Dans les roulottes les pieds frappent les cloisons nasales d’olés écossant les pois des robes gitanes jusqu’à l’aine. Une prédilection chienne tire  à casser la chaîne des aboiements vers le point du jour. C’est le mauvais sort de suivre la voix du GPS dit l’arbre-chaman. Ecoute l’humaine qui te lance des appels et suis-là par la voie putrèfactive de la renaissance printanière dans l’épreuve de son cycle. Des veines ouvertes d’un regain en attente, un indéfinissable mouvement murmure. On ne saurait le décrire tant l’impression a pris la place en excluant tout vide. Pour ma part, je dirai simplement  que s’il y a tant d’intuition dans le ressenti c’est suffisamment probant pour se brancher au courant.

Niala-Loisobleu – 27 Décembre 2017

Revenir en haut
%d blogueurs aiment cette page :