Liste de Grosse Commission


3c60fb3d1bd223ec888d26462e9dd58b

Liste de Grosse Commission

Il parle de partir de l’autre côté de la mer
par l’autre trottoir des rivières
les rues des nuages
les caniveaux des plages
Partir sans bagages
juste une chemise de vent
et derrière un reste d’orée en plein centre d’une clairière
Il parle de partir
pour ne plus devoir traverser à vide
 
Il parle de partir
avec juste un refus dernier
un reste d’accent guttural opposé au chuintant
du sel marin dans les carreaux du tablier
plein de mauvaises herbes montrant le chemin buissonnier
une flèche au point de départ de l’arc–boutant des reins
trois cailloux c’est tout
les quatre éléments
du rauquement de Lascaux demeuré dans l’urne intime de la première Femme se refusant à l’accepter couvert

Il parle de partir
à la nage
en cerf-volant
en ultra-son
en baleine
en oie sauvage
en des seins tombés de l’aisselle des valeurs

jusqu’au Je Nous du fado

Il parle de partir ailleurs tiré

par les aboiements des chiens
riffant les six cordes d’un pucelage encorné par le feu électrique du toro, la prise de sang de l’indigné, la course de l’amputé du vétéran d’une guerre perdue d’avance, la jouissance du démuni à qui on a promis un CDI de gardien de harem, le crachat retrouvé de Boris avant l’obligation de la crémation, le goût de l’effacement dressant son humilité sur l’étable du festin orgiaque des nantis, l’arrêt de l’exploitation infantile dans les  spots pédophiles de la télé, le droit de disposer équitablement de son QI sans obligation canapé

et merde

de tout faire à la main, ses doigts où on veut, quand ils veulent, si l’ongle somme d’entrer dans la case pas hurler où est ma chasteté, aujourd’hui c’est ceinture, même si y m’harcèle pas que c’est juste que j’fais la gueule par principe

Il veut partir
Loin
Dispersé à l’éternité des parodies d’amour polygamiques et polygnathiennes pires que Pasteur aurait pu le sauver des os

Cette nuit debout sur la nouvelle-lune il a rêvé qu’il était mort. Cauchemar d’une société immature qui se vend au plus offrant. Ce soir je lui trouve la mine reposée, soulagé m’a-t-il semblé, comme un sentiment que le transit connaît quand il a pu…

Niala-Loisobleu –  19 Décembre 2017

 

Alcindo de Carvalho — Saudades não as quero


Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

Voici ce qui s’est passé : pendant que je repassais j’ai mis un disque que j’écoute rarement : une compilation consacrée à Alcindo de Carvalho. J’écoutais distraitement, attentif à éviter les faux-plis (peine perdue). C’est seulement au morceau numéro 10 que : tiens, il est étonnant celui-ci, comment se fait-il que je ne le remarque que maintenant ? La mélodie n’est pas celle d’un fado, plutôt d’une ballade. Parfois elle évoque celle de Saudades do Brasil em Portugal de Vinícius de Moraes (1970), et celle de la chanson de l’Alentejo Menina estás à janela à d’autres moments.

L’enregistrement date de 1971. Alcindo n’y est pas en grande forme (raideur des ornements, portamenti un peu lourds), et c’est la guitare portugaise de Jaime Santos qu’on remarque surtout (Jaime Santos est l’un des grands guitaristes de la seconde moitié du XXe siècle).

J’interromps mon repassage. J’écoute à nouveau.

Alcindo de Carvalho

Voir l’article original 776 mots de plus

Calque Erre


P1050505.JPG

Calque Erre

 

De froid qui transpire

bat la porte

vide-voûte la cour recule

Etoile le passant

rentre dans tes épaules

cet oeil sournois

Les images se taisent sans bon vouloir
on leur dit
soyez sages, en ce moment c’est dur mais
mais quoi

Rien n’est dissemblable quand c’est d’élans spontanés que le jour passe
les crises , les abus, tromperies, fatigues, contraintes, et harcèlements
c’est du n’importe quel quotidien
seulement l’Amour lui, n’a rien d’ordinaire

Il trouve son air dans l’en vie

la fougue

nette et franche

au bout des lèvres

ne rampant pas dans sa boue

 

Niala-Loisobleu – 19 Décembre 2017

 

Illustration :La Vie, l’Amour 2 – 2017 – Niala- Acrylique s/toile 55X46