Love Marine à Barbara


9f372556d4cb99f556a1123929a7afdd

Love Marine à Barbara

Merde à Vauban
Bourcefranc
Passe de l’Aiguillon
A ô l’héron !

Ainsi chantait l’impertinent oiso en sautillant d’une cabane verte à un sourire rose, salant beurre et sardine en trempette dans le bol d’air.

– J’ai le jaune à cale et hop sous marine étale

T’aurais vu la tronche de la balise qui l’avait bosselé la veille que t’aurais dit avec lui, bien mal à qui profite de la marée pleine pour miner le chenal. Un vieux proverbe qu’on se dit encore dans les cabanes retirées des marais de légendes.

Les genêts sont demeurés aux landes, ouais je sais ça fait eh dame de campagne.
Bof à chacun son moulin, comme disait Cervantès de la Mancha qui aurait aimé visiter l’Iroise en bateau plutôt qu’en Rossinante. Moi j’dis plutôt (comme un chien pote ami, à chacun son destin. Si tu te le prends pas à deux mains, compte pas sur ce qui a filé hier. C’est la stase que j’préfère comme chantait Thermophile un hydro qui carbure toujours mal en temps de crise de pet troll.

Le  vert canal, m-doux mi-sel, vanne la bourriche en panneau de brandes. J’ai du tamaris à côté de mes vases, pour que le nessaim s’allergique pas (aujourd’hui le virus est partout, mieux vaut de l’hors que du faire blanc).

Le vent s’est levé tôt, allons cueillir les dernières figues à la Tour de Broue. Aussi loin que mon coeur voit le ciel et l’eau se confondre, si tu tombes ça fait moins terre à terre. Alors rien dire aux rapporteurs, resté taiseux à leurs paniers. L’amour qui couve fait les plus beaux oiseaux. M’aime que les prédateurs y enraye le fusil. Le vrai c’est pas celui qui passe, c’est le grand teint, le pigment pur qui défie le temps.

Jaune, vert, rouge ma trémière grimpe à la verticale, le front déjà dans le bleu de la prochaine toile. Peins, peins, peins c’est soleil !

Niala-Loisobleu – 17/12/17

 

16 réflexions sur “Love Marine à Barbara

    • Ecoute, depuis avant la mort du biker, je m’avais pas autant retrouvé dans un monde qui ressemble à l’idée que le long tant m’en a faite et qu se trouvait sérieusement mise à mâle !

      Je t’embrasse comme je crois que ça témoigne du fond sans besoin de formes d’emballage qui mentent Barbara !

      Aimé par 1 personne

    • Les trompettes du reblogué ça fait Tonton Georges pour mon plus grand bonheur. Tu le sais et quand notre lien se trouve renforcé je te fais le père dans la famille des amants de coeur ma Céleste. Pour une fois que cette période qui m’a fait que voir le fouettard, montre des attibuts hospitaliers, je charge mon âtre de bûches sans sucre lent.
      Comme tu sais, dans ce coin de dunes où l’oyat sent ton oreille, je t’embrasse jusqu’aux larmes.

      Aimé par 1 personne

  1. Il y a le rare vrai et partout le faux répandu. Des fois il suffit qu’il pleuve pour que le soleil brille comme jamais un jour où il est affiché. Ce jour-ci en est. Il nettoie des menteurs et surtout les abuseurs de confiance.
    Merci Sisyphus47

    J'aime

  2. L’Antre Nous – Acte 3
    par Joh Hope

    Le crépuscule muet agonise sur votre seuil
    Quand sombre dans l’Absurde tout écueil;
    L’ironie feint la résignation puis se recueille,
    La peur grave ses maux par delà chaque oeil….

    Un voile sombre englue mes cils
    Mes paupières se closent, dociles…
    Ô Pendule, à vive allure, tu oscilles;
    Alerte! Les connexions s’amplifient!

    •  » Mince alors! Tu ne vouvoies plus… »
    •  » Bon sang! je ne vous vois plus!!!!
    •  » Quand bien même! Suis ma voix! »
    •  » La tienne? Quelle piètre claire-voie! »
    •  » Bonté divine! Ta frayeur transpire… »

    •  » Bingo,Tu me devines! Elle t’inspire? »
    •  » Je l’effleure à peine qu’elle se terre! »
    •  » Elle affleure car elle préfère se taire… »

    Nos égos écument sans complaisance
    Face à cette absolue intransigeance…
    Ô Sempiternelle impasse, à qui en vouloir
    Puisque nul ne détient le véritable savoir?

    •  » Hé ho! Tu es bien là? Ton esprit semble s’en lasser… »
    •  » Oui, forcément! Tu le balades tel un chien en laisse! »
    •  » Non, tu te trompes! Je m’essayais juste à l’enlacer… »
    •  » Stop! Tu m’exaspères! A tes futilités, je te laisse!!! »
  3. « Que devrais-je donc déduire de cet orgueil farouche? »

  4.  » Prouverais-tu par là ton humilité? La Sainte-Nitouche… »
  5.  » L’humiliation? Un signe exquis de ton impuissance… »
  6.  » Qui méprises-tu ainsi pour contrer ces incohérences? »

  7.  » Et si nos prétentions n’étaient que vils mensonges… »

  8.  » Wow, voilà une proposition séduisante! Arguments?! »
  9.  » Aie! Il s’agit plus d’ une intime conviction! j’y songe! »
  10.  » Va-y! Selon Toi, seraient-elles liées inextricablement? »

  11.  » Possible… Oui, ça tilte: Vanité, scrupules, modestie… »

  12.  » Des indices, un rébus? Une constance cette répartie! »
  13.  » Un compliment? Si équivoque soit-il, je te le réciproque … »
  14.  » Oufti! Je frise l’électrochoc: nos idées s’entrechoquent!
  15.  » L’Antre Nous – Acte 3″
    Copyright Joh Hope, 16&17.08.2015
    TDAR
    Extrait de:
     » L’ Antre Nous »

    Merci béatricelise.

    J'aime

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s