Confession troublante de Jean d’Ormesson


 

La confession troublante de Jean d'Ormesson sur le plateau de Thierry Ardisson

Confession troublante

de

Jean d’Ormesson

 

Invité de l’émission « Salut les terriens » le 11 octobre 2008, Jean d’Ormesson se souvenait le silence de la disparition de Jean Cocteau, écrasée par celle d’Édith Piaf. Un demi-siècle plus tard, l’histoire, si troublante de prémonition soit-elle, se répète.

Dans l’ombre de la lumière. Ce mardi 5 décembre, un monument de la littérature française s’en est allé. Jean d’Ormesson est mort à l’âge de 92 ans, succombant à une crise cardiaque quelques mois avant la parution de son dernier roman, posthume, étonnamment baptisé Et moi, je vis toujours…

La médiatisation de la mort de Jean d’Ormesson a rapidement été écrasée par celle de Johnny Hallyday ce mercredi 6 décembre. Les deux hommes sont morts à quelques heures d’intervalle. Coïncidence troublante, Jean d’Ormesson était né un 15 juin pour mourir un 5 décembre ; Johnny Hallyday, lui, était né un 16 juin, et est mort un 6 décembre. Sur le plateau de Thierry Ardisson sur Canal+, Jean d’Ormesson s’était laissé aller à une confession aujourd’hui pleine de prémonition.

« Un écrivain doit faire attention à la façon dont il meurt » avait expliqué Jean d’Ormesson sur le plateau de Salut les terriens, évoquant la triste mort de Jean Cocteau, écrasée par celle d’Édith Piaf quelques heures auparavant : « C’est très mauvais pour un écrivain de mourir en même temps que Piaf par exemple. Piaf a pris toute la lumière pour elle, et on n’a pas beaucoup parlé de Cocteau » s’est-il souvenu. Un demi-siècle plus tard, l’histoire se répète, et elle le concerne, puisque la mort de Johnny Hallyday a pris toute la place. Ce vendredi, un hommage national est rendu à l’écrivain élu de l’Académie Française depuis les Invalides.

Source internet du 08/12/17
Je publie cet article, non pour ouvrir une polémique sur le présent sujet d’actualité. Comme  d’habitude j’ai fait part d’intimes convictions, je savais qu’elles ne seraient pas comprises. Je regrette d’avoir laissé une impression d’acharnement vis à vis de notre président. Ce n’était pas le but. Celui que je poursuis demeure le même : mettre la réalité les hommages par ordre du mérite.
Monsieur Jean d’Ô n’a pas attendu de mourir pour vivre sa vision prémoniitoire de l’hommage que la France lui rendrait.
Et là ça n’est pas moi qui parle, c’est lui qui le dit.
Niala-Loisobleu – 8 Décembre 2017

5 réflexions sur “Confession troublante de Jean d’Ormesson

  1. Le Visionnaire.
    .L’ange me donna un livre et me dit : « Ce livre contient tout ce que tu peux désirer savoir. » Et il disparut.
    Et j’ouvris ce livre qui était médiocrement gros.
    Il était écrit dans une écriture inconnue.
    Les savants l’ont traduit, mais chacun en donna une version toute différente des autres.
    Et ils diffèrent d’avis quant au sens même de la lecture. Ne s’accordant ni sur le haut ni sur le bas, ni sur le commencement ni sur la fin.
    Vers la fin de cette vision, il me sembla que ce livre se fondît et se confondît avec le monde qui nous entoure. »
    .
    Paul Valéry (1871-1945). « Mélange » (1939).

    Merci Anne.
    .

    J'aime

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s