Sur le Fil


141527394a96d009ad1aba145a0efd31

Sur le Fil

 

Le fond du jardin s’est ramassé sur un pot de terre cuite ébréché, il tremble, accroché au temps qui passe entre deux branches de cerisier Est-ce le nichoir qui a fermé ou un changement de propriétaire de cabane ? Quelque chose a changé. Le carreau sale ne peut pas attraper la moindre venue. Trop de glands sur le sol cachent la respiration des feuilles du papier à musique. Une silhouette fait son apparition de temps à autre, entre le petit bois et le brise-bise donnant sur le port. Quelques mots presque éteints sur la coque d’un bateau du chantier, tiennent comme ils peuvent sur le ber. Le calfatage goudronne les parties immergées. « Il était une foi » grince au bout de sa chaîne sur l’enseigne. Le bout de corsage qui dépasse du carton à chaussures tente de rétablir le dialogue. On ne peut pas lui reprocher le reste de fantasme qu’il a gardé dans le décolleté. Chaque entrée de peau nue à son mystère. Partis sans rien dire, ils ont laissé battre le volet pour ne pas accrocher l’hélice dans l’algue ô rythme. Le maçon me dit que les hirondelles ont la mémoire des avancées de Toi. Une sonnette de vélo tend le cou sur le guidon d’un regard qui nettoie la brume  à la pelle. Derrière l’école, deux enfants se disent à lire sans compter. Le sac de billes prêt à éclater de rire, penche du bon côté de la vie. Faut dire qu’il y a des jours où ça descend plus que d’habitude. Mais les canards que j’ai vu ce matin nager sur la Charente semblaient ce foutre du froid.

Niala-Loisobleu – 6 Décembre 2017

 

8 réflexions sur “Sur le Fil

  1. Rien ne peut empêcher le changement d’impression du même endroit laissé en l’état. Le geste que l’on fait de mémoire se met au ralenti. Le sourire n’a pas sa souplesse habituelle.
    Merci affranchie.

    J'aime

  2. Hier j’ai été correct et franc comme à mon habitude, aussi dans le même fil et le même état d’esprit je dis que Johnny n’en mérite pas tant et que Jean d’Ormesson en vaut bien davantage.
    Le dérèglement ostentatoire à des fins racoleuses est détestable. L’idole mérite qu’on la montre sous sa vraie nature: pas forcément de bon exemple pour les jeunes. Drogue, alcool….
    Merci Célestine

    J'aime

    • Je comprends ce que tu dis, mais je n’aime pas trop juger les êtres humains pour leurs défauts alors que tout le monde en a. Juste laisser parler mon coeur.❤️
      Alors peut-être que ce que j’aimais en Johnny ce sont ses chansons, et donc ses paroliers et compositeurs…Ça ne m’empêche pas d’être d’accord avec toi sur d’Ormesson.
      Mais quelque chose me dit que je préfèrerais que mon fils devienne rocker plutôt que trader. Question d’éthique personnelle
      Bisous mon zoizo que j’aime
      ¸¸.•¨• 🦋

      Aimé par 1 personne

      • Mon propos n’est pas là Célestine. J’ai la tolérance qui va bien au delà de l’esprit critique qui existe en pays lambda. Merci pour moi. Seulement j’aime la justice…mon principal défaut que je dois à mon concept de l’amour. Je te donne mon article du jour et t’embrasse sans changer comme.

        Faire profit de la perte, je dis niet
         
        Je m’écarte du bord de mer soudain conquis par un débarquement sur les plages d’un microsillon des années 60. La mort n’a pas à se faire insolente. En tonitruant sur le silence naturel au point  de frôler l’indécence. Une forme de blasphème.  Il me semble que je ne manque pas de respect, ni d’objectivité. Raison pour laquelle dès que je sens l’injustice apparaître je manifeste. Deux évènements dramatiques majeurs en 24 h ça ne peut laisser les vautours de l’info indifférents. Le détournement toujours aux aguets, saute sur la circonstance juteuse , m’insurge.
        Johnny je t’ai connu tout gamin, sans me sentir copain malgré que s’en était le temps. Je ne trouvais rien me correspondant dans ta bande en formation. Il est vrai qu’en revanche celle dans laquelle j’évoluais, Monsieur dOrmesson y était en très bonne place. Je ne citerai pas les autres, les laissant en paix dans l’Ailleurs mérité. Puis le temps passant, j’ai reconnu que tu faisais exception. Oh rien de ton côté biker n’alluma en moi cet éveil, j’ai horreur des motos. Seulement quelque chose de magnétique s’est imposé. Malgré ton genre hâbleur de cow-boy, tu m’es devenu sympathique. Je t’ai aimé de quelque chose chose vraiment de toi, la nuance t’échappera pas je l’espère.. Seulement voilà je voudrais pour que tout garde sa vraie valeur que tu dises à la bande à Macron d’arrêter l’hémorragie d’hommage. Tu as autour de toi des femmes et des hommes d’une valeur supérieure, ce qui n’ôte rien à la tienne, pour qui on a pas dépassé le banal du communiqué aux informations du jour où ils sont partis. Je crois que tu es capable de comprendre ça. Je le fais parce que je n’ignore rien du fait que Monsieur Jean d’Ô ne viendra pas réclamer justice.
        Niala-Loisobleu – 7 Décembre 2017
         
         

        Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s