Lettre de Jean d’Ormesson au Président de la République


Lettre de

Jean d’Ormesson

au

Président de la République

8 Mai 2015

Monsieur le président de la République,

Plus d’une fois, vous avez souligné l’importance que vous attachiez aux problèmes de la jeunesse, de l’éducation et de la culture. Voilà que votre ministre de l’Éducation nationale se propose de faire adopter une réforme des programmes scolaires qui entraînerait, à plus ou moins brève échéance, un affaiblissement dramatique de l’enseignement du latin et du grec et, par-dessus le marché, de l’allemand.

Cette réforme, la ministre la défend avec sa grâce et son sourire habituels et avec une sûreté d’elle et une hauteur mutine dignes d’une meilleure cause. Peut-être vous souvenez-vous, Monsieur le président, de Jennifer Jones dans La Folle Ingénue ? En hommage sans doute au cher et grand Lubitsch, Mme Najat Vallaud-Belkacem semble aspirer à jouer le rôle d’une Dédaigneuse Ingénue. C’est que son projet suscite déjà, et à droite et à gauche, une opposition farouche.

On peut comprendre cette levée de boucliers. Il y a encore quelques années, l’exception culturelle française était sur toutes les lèvres. Cette exception culturelle plongeait ses racines dans le latin et le grec. Non seulement notre littérature entière sort d’Homère et de Sophocle, de Virgile et d’Horace, mais la langue dont nous nous servons pour parler de la science, de la technique, de la médecine perdrait tout son sens et deviendrait opaque sans une référence constante aux racines grecques et latines. Le français occupe déjà aujourd’hui dans le monde une place plus restreinte qu’hier. Couper notre langue de ses racines grecques et latines serait la condamner de propos délibéré à une mort programmée.

Mettre en vigueur le projet de réforme de Mme Najat Vallaud-Belkacem, ce serait menacer toute la partie peut-être la plus brillante de notre littérature. Montaigne et Rabelais deviendraient vite illisibles. Corneille, Racine, La Fontaine, Bossuet changeraient aussitôt de statut et seraient difficiles à comprendre. Ronsard, Du Bellay, Chateaubriand, Giroudoux ou Anouilh — sans même parler de James Joyce — tomberaient dans une trappe si nous n’apprenions plus dès l’enfance les aventures d’Ulysse aux mille ruses, si nous ignorions, par malheur, qu’Andromaque est la femme d’Hector, l’adversaire malheureux d’Achille dans la guerre de Troie, si nous nous écartions de cette Rome et de cette Grèce à qui, vous le savez bien, nous devons presque tout.

Les Anglais tiennent à Shakespeare, les Allemands tiennent à Goethe, les Espagnols à Cervantès, les Portugais à Camõens, les Italiens à Dante et les Russes à Tolstoï. Nous sommes les enfants d’Homère et de Virgile — et nous nous détournerions d’eux ! Les angoisses de Cassandre ou d’Iphigénie, les malheurs de Priam, le rire en larmes d’Andromaque, les aventures de Thésée entre Phèdre et Ariane, la passion de Didon pour Énée font partie de notre héritage au même titre que le vase de Soissons, que la poule au pot d’Henri IV, que les discours de Robespierre ou de Danton, que Pasteur ou que Clemenceau.

Jean d’Ormesson

 

Saint-Florent-Haute-Corse-2-aout-2012-rencontre-entre-les-deux-academiciens-Jean-D-ORMESSON-et-Jean-Marie-ROUART

 

 

Jean d’Ormesson est mort


Exclusif - Jean d'Ormesson était présent à Bruxelles pour la présentation de son nouveau livre "Comme un chant d'espérance". Après une courte intervieuw, il a rencontré de nombreux lecteurs pour des dédicaces. Le 27 novembre 2014, Bruxelles.

Jean d’Ormesson est mort

 L’écrivain a rendu son dernier souffle dans la nuit.

Jean d’Ormesson est mort, vient de confirmer sa famille à l’AFP. L’Académicien et écrivain de 92 ans a fait une crise cardiaque à son domicile de Neuilly (Hauts-de-Seine), selon les précisions de sa fille éditrice, Héloïse d’Ormesson, dans la nuit de lundi à mardi 5 décembre 2017.

Dans un court communiqué, elle écrit à propos de son père : « Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres. » Jean d’Ormesson est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages. Il était entré à l’Académie française en 1973 et a été publié de son vivant dans la prestigieuse collection La Pléiade des éditions Gallimard.

Cette vie fut belle

Jean d’Ormesson est né à Paris le 16 juin 1925. Fils d’ambassadeur, il est agrégé de philosophie et normalien. Il est d’abord haut fonctionnaire avant de devenir en parallèle le journaliste et l’écrivain que l’on connaît. Il est, par exemple, secrétaire général de l’Unesco de 1950 à 1992 mais il fut aussi le collaborateur de plusieurs cabinets ministériels de 1958 à 1965.

 

Dès 1949, il collabore à de nombreux journaux comme Paris Match, Ouest-France, Nice Matin, mais aussi Diogène, une revue philosophique dont il est le rédacteur en chef adjoint de 1952 à 1971, puis le directeur général en 1976. Mais la grande aventure de Jean d’Ormesson restera celle du Figaro, qui a célébré son 70e anniversaire en octobre, qu’il dirige dès 1974 et auquel il restera très attaché.

Son premier roman porte un titre qui lui ressemble : L’amour est un plaisir, lui qui parlait tant du plaisir qu’il trouvait dans les grandes et les petites choses de la vie, est paru en 1956. C’est au début des années 1970 que cette carrière d’écrivain explose. Jean d’Ormesson reçoit le Grand Prix de l’Académie française pour La Gloire de l’Empire. Le succès d’Au plaisir de Dieu en 1974, adapté par la suite pour le petit écran, continue d’asseoir sa popularité.

Jean d’Ormesson a signé une quarantaine d’ouvrages qui lui ont ouvert non seulement les portes de l’Académie française mais aussi celle du coeur des Français dont il était l’écrivain préféré. Nombre de ses livres étaient autobiographiques comme Le Rapport Gabriel (1999), C’était bien (2003), le bien-nommé cité par sa fille Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit (2013). En 2016, il reçoit même le Jean-Jacques Rousseau de l’autobiographie pour Je dirai malgré tout que cette vie fut belle.

L’amour est un plaisir

Cette vie, Jean d’Ormesson l’a passée aux côtés de Françoise Beghin (79 ans), benjamine de l’industriel et homme d’affaires Ferdinand Beghin (le sucre Beghin-Say), qu’il épouse le 2 avril 1962. Dans les pages de Gala en 2015, l’écrivain confiait avec malice : « [Mon épouse] est merveilleuse, elle a été formidable pendant ma maladie [un cancer de la vessie en 2013, ndlr]. Elle n’est jamais sur le devant de la scène et a toujours été d’une grande patience. Pour le reste, le mariage, c’est quarante mauvaises années à passer, puis après, c’est épatant. La vie devient délicieuse à partir de 60 ans. »

Le couple n’a qu’un enfant : Héloïse d’Ormesson, née le 10 octobre 1962, à propos de laquelle il avouait regretter de s’en être peu occupée. Bien inspirée cependant par l’érudition de son père, cette dernière devient éditrice et sa ouvre sa propre maison d’édition. Avec son premier époux, l’éditeur Manuel Carcassonne, Héloïse a une petite fille : Marie-Sarah.

Le mariage, c’est quarante mauvaises années à passer, puis après, c’est épatant.

En 2012, Jean d’Ormesson soutient Nicolas Sakorzy lors de l’élection présidentielle. L’année suivante, il tient son premier rôle au cinéma, celui d’un président très inspiré de François Mitterrand dans Les Saveurs du palais de Christian Vincent. En 2014, retour à l’Élysée où il est fait grand-croix de la légion d’Honneur par le tombeur de Sarkozy, François Hollande. Cette année-là, Jean d’Ormesson revit après s’être remis d’un cancer de la vessie qui lui a valu huit mois d’hospitalisation en 2013.

En janvier 2015, les éditions Gallimard annoncent que l’oeuvre de Jean d’Ormesson sera éditée dans la prestigieuse collection La Pléiade. C’est un immense honneur d’autant qu’il n’est que le 16e auteur (et toujours antépénultième à ce jour depuis l’arrivée de Mario Vargas Llosa et Philip Roth) à le recevoir de son vivant comme d’autres géants de la littérature que sont, par exemple, Milan Kundera, Nathalie Sarraute, Marguerite Yourcenar et André Malraux… Ce ne sont que des statistiques dont ne s’encombrait probablement guère le premier intéressé. N’avait-il pas déclaré « Les honneurs, je les méprise, mais je ne déteste pas forcément ce que je méprise » ?

Un dernier ouvrage autobiographique de Jean d’Ormesson sera publié en début d’année 2018 par Gallimard. Son titre ? Et moi, je vis toujours.

 

Source Purepeople
Depuis quelques jours le temps glacial préparait à ce coup de gel immesurable….perdu lui-même, l’air manque, il est en retrait,
Trop immense, pour dire ce que cet homme d’humilité représente. Pour moi, comme pour d’autres il est la main courante qui m’a tenu et m’a empêché de tomber durant des années.
Quelle Lumière, toute entière dans son regard!
Il avait eu peur de partir sous Hollande, déclarant que l’idée de savoir que ce serait lui qui lui ferait l’Hommage funèbre…Sans doute sera-t-il quelque peu rassuré….mais en totalité, certainement pas, il sait trop où se trouve la Vérité.
Monsieur, vous demeurerez « Comme un chant d’espérance ». Dormez en paix.
Niala-Loisobleu – 5 Décembre 2017

Il fait un froid à se couper aux mâchoires du vent


dbfeb8713c0a01f07b4f34417c1d8025

Il fait un froid

à se couper aux mâchoires du vent

 

Fatras, ces jours vides ont le don d’être plein de confusion. On en arrive à devoir se curer du prêchoir, pour entendre sa voix intérieure faire bonne toilette entre l’ornière et le Centre du chemin. Faire entrer la voix. L’oeil resté enseveli sous l’avalanche du non-dit, n’avait fait que se protéger sous la visière de la paupière. Si les cons volaient, sans doute ne pourrions-nous plus arriver à nous tenir à la verticale. Tenir debout c’est plus prometteur que ces étalages racoleurs de traiteurs outranciers devant la file des Restos du Coeur. Vitrines de fêtes, putasserie autorisée par une prostitution affranchie par décret. L’enfant est le plus sûr véhicule d’abus sur toute la ligne. Entre le Bien et le Mal du débat philosophique séculaire, Noël insère sa zone franche.

Il fait un froid à se couper aux mâchoires du vent.

Le ressassé ne peut se réchauffer, il se dégoûte froid. Exsangue, une tête de suicidé dans l’espérance. Que j’aime po Noël, c’est prouvé. Je le dis pour le transiter comme le déchet alimentaire qu’il est. Vous allez bien à la selle, demande le véto à l’étalon ? Je monte toujours à cru, répond-île.

J’Amour plus que jamais. Les illuminations artificielles d’une ville à l’autre déplacent le ça à ras en métropole. A faire du brouillard pour truquer le rêve. Les mirages sont justes bons à bombarder les populations. Imagines l’horreur d’avoir l’oeil crevé par un coup de nichon qui n’a d’autre intention qu’aimer. Horrible. Bible ou pas, non je ne tendrais pas l’autre au second.

Faut que je te dise qu’alors que jamais on n’avait pas eu moins d’horizon, j’ai jeté la douleur de ton manque aux façades. Une fois que leur poussière a été retombée, puti  je t’ai vu toute nue, belle comme quand t’es née, couverte de ce premier cri de sang qui mord sans attendre d’avoir des dents !

Niala-Loisobleu – 5 Décembre 2017