Ce Soir Flaque de Mer


IMG-2104.JPG

 

Ce Soir Flaque de Mer

D’un zénith

d’algues trempées

ton maillot de sel

est tombé

comme un message luisant à l’horizon

par-delà la rencontre Seudre-Atlantique

Il n’y avait que la couleur des attentes à flanc de vase des pontons. Ce vert d’huître quand le ciel est au bord de pleurer a le don de briller comme l’écaille des flaques. La cayenne et ses bruits de cannes accrochés aux rubans du chemin s’était faite embarcation. Ce silence que pas un vent ne déséquilibrait, nous l’avons placé ensemble dans la bouteille que nous avons toujours sous la plume. En la déposant dans le chenal, j’ai vu que ton regard était déjà cap au large. Il vogue à présent en solitaire vers le restant du monde.

Niala-Loisobleu – 26 Novembre 2017

 

UN JOUR QUE JE VAIS ALLER DEJEUNER CABANE


f8593c65fc9c07c8bc66e19383146108

 

UN JOUR QUE JE VAIS ALLER

DEJEUNER CABANE

Le soleil avance

au travers de la fin de nuit

 

On ne le voit pas encore

il n’empêche que le creux a frémi

Nappé de glace

ce Dimanche tend son assiette au dessert

Entre deux pages

tu marques toujours la suite

 

Quand l’oiseau ruisselant passe dans les buées de la douche, l’air chaud souffle à toute vapeur. Tes seins omnibus s’arrêtent sans crier gare. De la droite comme de la gauche je pouce au stop en continu. C’est Dimanche j’irais te chercher sous les housses de la salle-à-manger, les enfants sont à côté de leurs devoirs à jouer aux billes, grand-maman laisse augurer voir plus loin sous les brise-bises. Je ne parle pas d’aller prendre les zoos, voilà bon temps que j’ai dérouillé les cages de mes drames ô .Une rémouleuse affûte son plan d’ô. C’est le pompier de service qui va être content. Ma foi, chez les gens simples on se fait pas de noeuds à la cravate, on porte pas de chemise à nuiser. Sur les bancs les moineaux répètent avec le coeur armé rouge Bien sûr que je t’aime, idiote, reste bête j’t’aime animale.

Niala-Loisobleu – 26 Novembre 2017