L’Espoir


 

49e70b68bb4fd63f95a6cceee8055514

L’Espoir

Un moment pour rêver d’herbe
sans les pieds sur le tapis de ciment froid

Quand l’épicier de chine klaxonnera
fais-moi penser à lui prendre notre part de soleil frais il reste une grande part de lune

Ensuite nous irons marcher
sans papier-glacé dans les eaux chaudes du berceau à voiles

Tu as les cils qui frémissent que je crois sentir le parfum des baies libres sans les  longs couloirs aux barreaux des fenêtres
Bleu comme seule tu repeints quand sans le vouloir
là où il devait y avoir des mouettes s’est posée une épave de tristesse
Je remonte la vague des sillons la trotteuse court à l’eau pleine d’entrain
j’embrasse l’à venir à deux mains sur les fesses infantiles d’un nuage
en remontant un à un par les trous de ta nuisette l’intérieur de ta peau pour conter notre histoire au son de la respiration pulmonaire du carton perforé de l’orgue de notre  manège de chevaux-de-bois

L’espoir n’a que Nous pour Auteur

Niala-Loisobleu
19 Novembre 2014

14 réflexions sur “L’Espoir

  1. L’espoir c’est le refus de l’obscurcissement du ciel par addiction, le rejet du regard hypocrite qui photographie sous la jupe ce qu’il ne peut se voir offrir…rien que cette pincée de sel qui va sucrer l’amer, ce bonheur qui ne peut s’acheter mais qu’on peut s’offrir., ma Célestine !

    Aimé par 1 personne

  2. L’espoir ne m’a pas lâché de la nuit Nous avons regardé ce qui n’est pas apparent Bien des choses sont présentes, il faut les prendre par la main
    Merci
    Ray Laskowitz

    J'aime

Les commentaires sont fermés.