Bord de mine


tmp_6cc343cef2445aa15c75e2ed665736e0

Bord de mine

En se taillant

Le copeau se tord de rire

Crayons oui

Mais de couleurs

Dessines-moi un mouton

Avec l’haleine de mon ventre

Sans compas pour le sein solaire qui fait la ronde sur la poitrine de ce jour du seigneur Là où les grands oiseaux blancs battent les prochaines moissons, il y a un grenier qui nous attend Ne le laissons pas vide La fête sera un jeu de construire des galipettes pour les enfants.

Une idée qu’elle serait bonne, serait celle à tout faire

Rimons-nous les uns aux autres à dessin

« La sculpture, c’est du dessin dans tous les sens » Antoine Bourdelle

Niala-Loisobleu – 19 Novembre 2017

7 réflexions sur “Bord de mine

  1. AU-DELÀ DE LA JUNGLE DES MOTS

    Tout peut se perdre dans la forêt
    Où s’exténue le silence
    Les mots sont alors
    Une jungle où
    Le sens
    Se meurt – expatrié de la poésie

    Soupirant aux accents glacés du hasard
    On voudrait trouver les nombres du lieu
    Dans une branche en rameaux
    D’images initiales
    Et sonner l’amorce d’une écriture
    Désenchaînée

    Un arbre tenu à l’hiver
    Draine l’ombre chaude du verbe…
    Rentré dans ses filets
    Il attendait que creuse
    La nuit en eux…

    Il est là : le rameau pris
    Par la lumière blafarde…

    On entre dans la ville
    Pour y lancer la veille…

    C’est un chant sans le nombre de la musique
    Un chant qui retentit comme
    Un coup de semonce
    Dans les bras
    Du silence
    Où s’abandonne
    La solitude

    La jungle s’ouvre en un chemin
    Qui vibre à l’infini
    Avec la plus serrée des ardeurs

    On n’aura pas jeté les dés
    Mais toutes les voix
    Ici s’entremêlent
    Et vous tirez
    Fortune
    D’y entendre la vôtre

    Alors les méandres du verbe
    Qui ne tombe jamais
    Dans un autre vide
    Que constructeur
    Ont des doigts
    Très fins
    Au croisement des sourires d’amants

    Juste là s’harnache le cheval fou
    De l’écriture errante…
    On dansera sur
    Le pont des
    Soupirs

    Et la branche en rameau ne rappelle
    Que le lointain où l’on
    S’était aventuré…

    On ne prie plus
    Mais tant de cris modulés
    Voudraient passer
    La frontière
    Des mots
    Que l’on se rehausse à la parole du proche
    Quand elle vient dire le monde
    Et son théâtre étroit

    Voilà que l’exil dérobe le poème
    Dans la nuit de toutes
    Les nouveautés –
    De tous les
    Accueils

    Illimitée mais pleine peut être la joie
    Du lointain devenu proche
    A travers tout chemin
    Éclairé
    Qui passe la jungle des mots
    Et ouvre – ré-ouvre
    La ville

    Alain Minod

    Au-delà de l’ignorance de l’autre, que les vagues rapprochent côte à côte. Bon Dimanche Anne.

    J'aime

  2. A-plat du papier où le volume prend sa première dimension, l’idée est on ne peut plus précise, l’acte va pouvoir sortir de l’outil à percuter la matière.
    Merci iotop.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.