Isthme à ailes Prophétie


0d423f43fdb3fb5c2294d2933c0fbc10

Isthme à ailes Prophétie

Aux cris d’une longue écharpe d’oiseaux blancs, le bleu de la mer se fit plus pressant. Je crois que d’aller précéder la larme, lui a donné cette virginité que seul le large possède. Elles se balançaient de leurs rondeurs multicolores les balises du cap. Seule Niki de Saint Phalle pouvait les avoir sorti du noir de l’incommunicabilité. La tête au feuillage, les pieds dans la racine, en matière de safran tu ne peux pas espérer mieux. Ce bois qui fait le flotté, imagine-le d’un zest de mangrove et d’une pointe de corail, tu pourras alors toucher une autre approche du mystère. La dérive des incontables nous a donné la frigidité des veillées. La chanson de geste amputée des troubadours  se mit en quête de l’autre courtoisie. Roulée d’estran la mousse légère se fit écume. L’ astérie sortit de la nuit des myriades de consonnes et de voyelles en phrases musicales. Un conteur au piano, le grand pavois s’allume, les jupes remontent et les corps tanguent. Sur le né d’un phoque pas de balle, sur le ban pas d’home non plus. Il reste la substance, elle sait le bon emploi de la rareté.

Niala-Loisobleu – 17 Novembre 2017

 

 

Prie-d’Yeux


232f57bc5031f6c26af91c1381636494

Prie-d’Yeux

Raide au porte-manteau

son vêtement oublié

pend les yeux ouverts

Passe son odeur plein les oreilles

chair humide

en vagues successives

pas à pas

 le papier-peint silhouette sur les murs

Elle ne sonne pas au heurtoir

du cadre

la porte restée ouverte

tient les fleurs fraîches en éveil

Niala-Loisobleu – 17 Novembre 2017