VERT


50b762d04335c9c1add5bc3fc0d2ff2c

VERT

Quelle mer la baigne d’étoiles

toujours si verte à l’arête

Du coquillage qui nacre

baille-là belle vert de claire

Ce qui gonfle ta poitrine de fruits lourds

nourrit mes deux mains vers

Non ton triangle ne Bermudes

il est d’un verre grossissant

La lanterne de ta bouée décline en  vers

sonnet à tirer un bord allumé après l’autre

Niala-Loisobleu – 12 Novembre 2017

 

7 réflexions sur “VERT

  1. Quelque chose de corsaire vînt lui prendre les reins. La musique d’une station pirate ? Oh, non laissons ces histoires à la noix du cinéma de science-fiction aux américains.
    Là où la rivière prend son luth il n’y a qu’un homme simple aux pieds non fourchus, qui vit sans se faire de films. Elle est d’ailleurs là à cause de ça, son vert à la main !
    Merci Anne.

    J'aime

  2. Le vent se saisissant d’un coin de la mer fit onduler sa surface entière. On aurait dit que les nuages s’étaient noyés tant le vers était bleu !
    Merci joaileblog.

    J'aime

  3. Le temps est aux titres, dit-il opinant de l’hochet
    Pas nouveau répond l’oiso, le Napoléon l’avait mis à l’honneur. Aussi est-il possible de savoir jardiner sans prétendre obtenir un macaron au Michelin.
    Merci iotop.

    J'aime

  4. Si je fuis le compliment il est de fait que je m’arrête à ce que j’admire peut manifester. Aussi ne te cacherai-je pas que je suis touché par ton signe tracesdusouffle. Merci.

    J'aime

  5. Dans un tas de fumier il n’y a pas que de la merde. Plutôt dans la merde il n’y a pas que du caca. Il ya aussi une fleur pure.
    Merci ivanitch.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.