C’est de quel côté ?


71bef00401503c16f2780309133fdfca

C’est de quel côté ?

 

Un jour que je m’étais pris par la fenêtre du port, j’embarquais quelques îles lointaines en me servant du vain de palmiers, sans idées dévastatrices préalables. Fou à laisser de côté les bretelles de ma culotte, parce que n’ayant pas l’usage des voix à péage toujours à faire les marchés en guise de pouvoir.

C’est de quel côté ?

Ah, je ne pourrais trouver de question plus exhaustive, tant je me la suis fait poser à propos de tout et n’importe quoi. Mais en fait il n’y pas moins de restriction que dans cette question là. Parce qu’on vous la pose toujours en cherchant l’espoir.

J’éviterais, n’ayant pas l’éludication pour religion première, de me tailler une langue de bois. Que je suce. Ayant l’aperception pour pratique coutumière, afin de sortir de l’appareillage ambigu (manie en exercice chez les marins de con plaisance, qui font de la navigation sans se larguer du port, genre St-Trop)

Les contre-feux du discours sur la manière d’éduquer les enfants tant d’erreurs de français par semaine, allumés par les corporations-parentales resteront en dehors. Il n’y a pas plus de côté que de latin dans ce mélanagogue de purge.

L’espoir pour moi, c’est du côté où tu te tournes. et comme tu seras seul jusqu’au bout à pouvoir pourvoir à ton avenir, cherches pas de droite et de gauche, marche devant mon P’tit-Gars !

 

Niala-Loisobleu – 12 Octobre 2012

 

4 réflexions sur “C’est de quel côté ?

  1. En placard d’annonces, la façade, clame l’impossible à atteindre. Le mur se délite. Les mots décrépis tombent comme une maladie de pot qui s’acharnerait à discréditer le pauvre hère…
    Merci tracesdusouffle.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.