FOIRE AU VAIN


FOIRE AU VAIN

Dégringolant de la colline, les côtes en sauts ternes baladent le bonimenteur dans les rues de nos boîtes aux lettres. Grand cirque dit le beau parleur, en nous saturant les oreilles au volant. Des silos à vinasse ce qui sort c’est du pinard qui monte en degrés, avec le rond (espèces sonnantes et trébuchantes) en bouche. Un point c’est tout. J’aimerai savoir combien y a de grammes de chimie pour un grain de raisin dans ces noms qui furent grands avant le développement de la frime des arts de la table. Les noeuneulogues vantent à grand bruit de casseroles un truc en or parmi l’abus du tout est à vendre à condition d’y mettre que le prix. Les gueules noires qui ont monté les terrils doivent gratter du squelette d’envie de trinquer du grisou. Pensant à la misère qui fut la leur, l’avènement prochain des bouilleurs de cru-ôté doit leur faire mal au cul. Le changement climatique prouve que ça peut rapporter plus en le renforçant plutôt que de raser ce qui l’alimente. Le profit c’est un réchauffement pour le coeur du fromage…

Niala-Loisobleu – 3 Octobre 2017

1ivrogne