Bon Jour là


Bon Jour là

On sait mieux que jamais où l’on habite quand on a perdu la clef. Ce bruit qu’à la source , nul n’a pareil. Vois la lumière à l’heure des fenêtres.

Que le sens de circulation entre en travaux de dérivation, ne peut couper le sens du fleuve. Ainsi demeure la vie dans la mort croyant passer maître.

Mon père me survit

D’une touche de sa couleur, il précède de quoi je pourrais parler. Tais-toi l’entends-je et j’ouvre la porte. Dehors ce n’est pluie qu’à redresser le soleil dans sa racine.

Niala-Loisobleu – 14 Septembre 2017

 

80366f2789068ee59e65d727c010f6af