Le Coup De Grâce


Le Coup De Grâce

T’éteins l’moteur
Coupes la radio
T’as choisi l’heure
Le temps, l’endroit
Les moindres mots
T’as répété
Réfléchi préparé
Le grand discours d’adieu
Pense à mouiller tes yeux
Tu m’as aimé
Blessé touché
Très bien visé
Ciblé plein c? ur
T’es entraînée
Tu vas m’achever
Comme une bête enragée
J’suis pas l’genre de gibier
Difficile a piéger
Le coup de grâce
Le coup de grâce
Quand vas-tu le donner?
Le coup de grâce
Le coup de grâce
Quand vas-tu le donner?
Oublie, efface
On peut toujours rêver
Recours en grâce
J’suis bon acteur
J’connais les mots
D’amour menteurs
Qui brisent les c? urs
J’en fais pas d’trop
Faut m’pardonner
Qui pourrait mieux t’aimer
Pas ceupoble (?), pas d’aveux
J’pense à mouiller mes yeux
Le coup de grâce
Le coup de grâce
Pourras-tu le donner?
Le coup de grâce
Le coup de grâce
Pourras-tu le donner?
Oublie, efface
On peut toujours rêver
Recours en grâce
Recours en grâce…
Eddy Mitchell

Le taille-crayon


IMG_1680

 

Le taille-crayon

En surface mes membres parcourent inlassablement les paysages intérieurs de mes creux. Des paysages aux sauts de grenouille vont d’un barreau à l’autre sur l’échelle du tant. Bocal sablier bouclé aux poignets des malles de vivre. Voyage, voyage… Les amulettes grillées amendent-elles les jachères? C’est pas bon de passer le talisman en machine à lever. Rampant dans les hautes sphères du boniment, une pythonisse échappée du jardin des délices, pond ses vœux dans l’étoile d’une araignée tisseuse. L’abreuve de comptoir du jour donne le bonheur à 100 contre 1 durant les prochaines 24h, Faites vos je. Mais l’oiseau ne se sent pas à l’aise avec des ailes de scaphandrier. Dans la plume de plomb une ambiguïté manifeste, comme si mettre l’espoir sous scellés pouvait donner l’assurance d’un accomplissement immédiat. On peut promettre la lumière à condition de ne plus être son ombre.. Si le rayon naît plus sous X, la prochaine étape pourrait supprimer d’un doute d’avoir été fait cocu. J’aime les transparences de tes dessous parce que mes mains y voient des choses à faire, pas le zinc d’un caleçon plombant la croisade d’une ceinture à cadenas. Les cadenas et le Pont des Arts, encore une idée fausse du concept créatif. Ouvrons le taire. Comme tremble dans le fond de la gorge a le besoin d’être entendu. On ne fait pas chat d’un chien. On lui laisse toutes facultés olfactives. Se souviendre élime pas le costume de la mémoire assise, pas plus qu’il n’en froisse le pli. Quai des Brumes j’irais accrocher ma lanterne.

Niala-Loisobleu – 1er Septembre 2017