J’Ai Beau


J’Ai Beau
Je sais avoir découvert le Beau tout petit. La Beauté dans son ensemble, incommensurable espace , qui ne se réduit pas dans l’attente que j’en ai, se réduit en revanche  dans l’esprit de ce que l’Homme en fait . Pas besoin de recherche, au premier regard j’en ressens la présence ou l’absence Reposant sur le fondement esthétique inné, ça se cultive à partir de son concept philosophique.
La vérité ? Je ne triche pas avec.
Les coups de marteau des artisans de la Rue de Verneuil m’ont appris qu’un fauteuil Louis XV ne pouvait pas exclure l’âme de la gouaille des blanchisseuses troussées dans la vapeur des coups de battoir. Levant le nez, les façades donnent une allure aux chambres sous les toits, qu’un faux-cul de bourgeoise n’aura jamais. Il y avait des avaleurs de sabre dans mes grands-boulevards, mais je n’ai retenu que les soupirs des bancs publics. Des réverbères se penchant la tête à nager dans la Seine, il me reste les lucioles faisant le tour du cimetière. La lune déshabillée une nuit entière, quel voyage à respirer l’aisselle pour que le rêve ne s’évanouisse pas. Et une découpe d’arbre en silhouette d’une ombre chinoise, c’est quelque part Léo qui ouvre son piano aux indigents de la pensée traversière. On ne fait que passer, ma parole j’suis sûr que ça fait plusieurs fois que j’viens.
Le Beau n’en finit pas de devoir s’apprendre.
Niala-Loisobleu – 15 Août 2017
cropped-cropped-070a44620ab6891e2e357c469b6af24a2.jpg