PERTE DE CONTRÔLE


 

35c54fbe0bfb6ec88f4bf42fe85fa699 (1)

PERTE DE CONTRÔLE

 

L’inversion  d’un ensemble de paramètres de navigation journalière ayant pris cours, ce jour commence au milieu sans que j’en connaisse la faim profonde. Je me suis couché presque à l’heure où je me lève normalement. A peu de choses près, c’est une image, la chambre à partager, noces obligent, avec un couple parent de la mariée. Faut dire qu’avant de rentrer, la musique d’un disc-jokey plus surbooké en matériel de sono qu’en dons musicaux, m’avait fait si largement franchir le seuil de ma tolérance auditive, que je roulais plus à tâtons qu’en lucide. Dans sa vie on a comme ça l’assaut d’un passage de frontière d’une ingérence qui vous inhibe à fond dans votre inverse. Et faut sourire, genre kodak, parce que l’ambiance ne supporterait pas que tu puisses avoir un goût différent des autres. C’est club med, à fond la caisse, jeu du perroquet inclus. Alors au terme d’une longue crampe du mollet droit barrant l’endormissement, je me suis levé en me retrouvant au milieu de nulle part. Tout ce qu’il me semblait avoir construit barré je ne sais où. La poche de mémoire percée, ne retrouvant rien mais rien du caillou.

Niala-Loisobleu – 9 Juillet 2017

12 réflexions sur “PERTE DE CONTRÔLE

    • Notre société se pisse sur aile. Seulement au lieu de remercier Vespasien pour son invention, elle reste la vessie en lanterne. C’est un désastre qui se rejoue continuellement Pompéi au pied du Vésuve de nuit, dans lequel les mariés prennent la soupe à l’oignon.
      Merci poison et caramel .

      Aimé par 1 personne

      • Mais oui, c’est exactement ça le mariage : rester au pied du Vésuve en sachant que ça finira par péter !… Ceux qui restent là longtemps, longtemps, s’obstinent parce que la terre est merveilleusement riche et fertile !… Encore faut-il avoir la patience et la science… Au diable cette société qui confond tout, et s’est faite adepte du consumérisme… L’amour oui, le mariage… pas forcément 🙂

        Aimé par 1 personne

        • Les mets d’use au bord d’étable. Notre système en prenant l’univers pour port a transformé la terre en porcherie. Rien ne se regarde dans le fond de l’oeil, la peur fait fuir en augmentant le danger. Le mariage tu lui ôtes la robe blanche, reste le noir de la conséquence. L’amour est nu d’un bout à l’autre, l’habille c’est le maquiller.

          Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s