LA PROMESSE INITIALE


LA PROMESSE INITIALE

Debout dans tes pas matinaux jusqu’au seoir, ce qui demande toujours de faire un effort, ma Vie, la course de ta lèvre silencieuse chemine d’un souffle qui me rappelle la forêt quand mêlés dans la ramure les langues font monter la sève par respect à la promesse initiale.

J’ai ta joue à la poitrine

et j’entends respirer tes pores tournés vers l’ailleurs

L’écarté des rideaux retenant l’obscurité

fait un rai qui t’ouvre en deux

le corail brillant d’humidité

Tu m’appelles mieux qu’avec des mots de ton regard habité de lumière. Des fois ça pince, mais j’aime que tu me la fasses pas laxiste, sans cadeau faible. Comme ça le peu qu’on gagne on le mérite, c’est pas volé. « Apaises-toi, il n’y a qu’un arc-en-ciel autour de toi pour faire le pont de vos traversées, avec qui tu aimes. ». Les nuages étant suffisamment clairs dans leurs expressions sombres, qu’un dessin serait inutile. Faut rincer en soi, sinon rien. Alors je me sors le bleu de ma promesse, je serais à l’image de l’espoir que tu as mise en moi.

Niala-Loisobleu – 31 Mai 2017

copie