C’est combien les pas cassés ?


C’est combien les pas cassés ?

 Le Prince a répondu. Voici l’empreinte exacte de son discours:

« Enfants à tête courte, que vous ont chanté les kôras?
Vous déclinez la rose, m’a-t-on dit, et vos Ancêtres les Gaulois.
Vous êtes docteurs en Sorbonne, bedonnants de diplômes.
Vous amassez des feuilles de papier – si seulement des louis d’or à compter sous la lampe, comme feu ton père aux doigts tenaces!
Vos filles, m’a-t-on dit, se peignent le visage comme des courtisanes
Elles se casquent pour l’union libre et éclaircir la race!
Êtes-vous plus heureux? Quelque trompette à wa-wa-wâ
Et vous pleurez aux soirs-là-bas de grands feux et de sang.
Faut-il vous dérouler l’ancien drame et l’épopée?
Allez à Mbissel à Fa’oy; récitez le chapelet de sanctuaires qui ont jalonné la Grande Voie
Refaites la Route Royale et méditez ce chemin de croix et de gloire.
Vos Grands Prêtres vous répondront : Voix du Sang!
Plus beaux que des rôniers sont les Morts d’Élissa; minces étaient les désirs de leur ventre.
Leur bouclier d’honneur ne les quittait jamais ni leur lance loyale.
Ils n’amassaient pas de chiffons, pas même de guinées à parer leurs poupées.

Leurs troupeaux recouvraient leurs terres, telles leurs demeures à l’ombre divine des ficus
Et craquaient leurs greniers de grains serrés d’enfants.
Voix du Sang! Pensées à remâcher!
Les Conquérants salueront votre démarche, vos enfants seront la couronne blanche de votre tête. »

J’ai entendu la Parole du Prince.
Héraut de la Bonne Nouvelle, voici sa récade d’ivoire.

Léopold Sédar SENGHOR
Recueil : « Hosties noires »
 Dans la sacoche du facteur, il y a plus d’arbres coupés de l’intention que de voeux aboutis. Conter dans le cul de la poule fabule en rose les mots noirs d’une race blanche de la voix, qui, n’ayant rien à dire, s’ensable pour n’entendre que discours.

Niala-Loisobleu – 14 Mai 2017
IMG_6360

4 réflexions sur “C’est combien les pas cassés ?

  1. Et alors un homme de lettres dit, « Parle-nous de la Parole ».
    Et il répondit, en disant :
    « Vous parlez quand vous cessez d’être en paix avec vos pensées;
    Et quand vous vous lassez d’habiter la solitude de votre coeur vous allez vivre sur vos lèvres, et les sons qui s’en échappent vous servent de divertissement et de passe-temps.
    Et souvent vous noyez la moitié de vos pensées sous les flots de vos paroles.
    Car bien que la pensée soit un oiseau éthéré, qui pourrait déployer ses ailes dans une cage de mots mais ne saurait s’envoler.
    Certains d’entre vous recherchent les bavards par crainte de rester seuls.
    Comme ils se sentent mis à nu par le silence de la solitude, ils préfèrent alors le fuir.
    Et d’autres parmi vous qui parlent, et sans le savoir ni le prévoir de leur bouche sort une vérité dont ils ignorent la portée.
    Il en est également qui portent la vérité en eux-mêmes, et la transmettent sans passer par la parole.
    C’est en leur sein que se love l’esprit en silence rythmé.
    Quand vous rencontrez un ami au bord de la route ou sur la place du marché, que l’esprit en vous anime vos lèvres et inspire votre langue.
    Que la voix en votre voix parle à l’oreille de son oreille ;
    Car son âme gardera la vérité de votre coeur comme le palais se souvient du bouquet du vin.
    Même si sa couleur est oubliée, même si la coupe n’est plus ».

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s