LETTRE A LES LISES


17da3b085f7eeef9a9efef3ffb6cef4f

LETTRE A LES LISES

 

Le couteau tombé sous la table des cartes

A laissé le brouillard intact

Où pointe le compas

Le sexe tant dressé

Confond la lune et le soleil

Au beau milieu d’un océan désalinisé

L’albatros nage en solitaire

Je me souviens des troglodytes de Cadix

De la roche percée

Sur laquelle six cordes tendaient leurs voies

Le ciel andalou sentait les épices d’un comptoir d’Inde

En fumées saurées par les gitanes de Gainsbarre

Que des gosses dans les fortifs

Brinquebalaient à coups de pieds

Dans les gamelles

Noir corbeau coeur de colombe

Les claquements de la faena rebondissent

En ricochets sur le plateau de la Messa

Grenade n’endors pas tes lions

On cherche fortune sur la Plaza del Sol

En rangs d’indignés

Quelque part existe-t-il assez d’amour pour taire l’insupportable injustice ?

Vent des globes

Ruisselant de larmes

Tire les galères

Aux rames des RER

L’odeur d’ail saucissonne les cauchemars du matin

C’est la traversée de la manche au quotidien

Dans des remontées lointaines

D’un flamenco en corps sauvage

Niala-Loisobleu – 10 Mai 2017

 

ATONIE


ATONIE

Les pleurs des autos mobiles repoussés au lointain

l’horizon ne montre pas clairement

les traits de son visage

Il faut franchir la côte pour les eaux profondes

et sortir de la voie des sirènes

Sentir enfin la laine de ton ventre

se déshabiller du vague

me Nous rirait.

Niala-Loisobleu – 10 Mai 2017

a_change_of_destiny_by_chryssalis-d3f3gm5