UN JEUDI SANS LES COLLES


UN JEUDI SANS LES COLLES

 

Des nuages sont au matin accrochés,  mais pas dans la cabane. Les fleurs que j’ai apporté avec moi de l’atelier, , je vais les planter. Comme ça, rien que pour ne penser qu’à l »émoi dans lequel un rêve chaud m’a endormi. Ma main dessinait à ailes toute seule. Je crois qu’elle s’était transformée en oiseau, n’ayant que désir de dire l’amour de la vie. Il n’y eut rien pour troubler l’intime arbre à la sève d’hors. Personne n’est venu cogner à la porte pour débattre du vide. Le thème à la mode de la philosophie du plein selon l’ambition du pouvoir. Il reste des boutons sur les fleurs. Je crois que ce serait bien de ressusciter les sentes de mon vélo volé, en le faisant renaître d’un neuf. Un beau projet à accomplir après que j’aurals fini de jardiner danses au oeur

Niala-Loisobleu – Ce 4 Mai

 

5c63d30ceaa6dc06c980918119e90e27