SEL SCELLE


SEL SCELLE

Je n’existe que du goût

que le vent cueille sur tes toits

des mousses que tes draps

ont offert aux fenêtres

des matins de palmes

ouverts sur les jalousies fermées

Encore nus

nous écoutons l’oiseau lyre

tendre les cordes des instruments

dans la première parole des cabestans

L’intention de ton pas

va au-devant des marées

blancheur gardée

d’une adolescence caressée au bois flotté

Niala-Loisobleu – 3 Mai 2017

3b2a5e8dba05e3683390e58388c6e5a4

5 réflexions sur “SEL SCELLE

  1. A l’instant où le censé éteint le sujet, avoir pour soi rien de regret, conforte l’impression d’être originaire d’ailleurs.
    Merci isoptech .

    J'aime

  2. Je rentre d’un nuage partagé entre marais cigogne et lentilles d’eau, que d’infini sans panneaux de sens interdit rencontré, mon large est Célestine.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.