PROMESSE 3 / « Le Coeur Innombrable »


P1050304

PROMESSE 3 / « Le Coeur Innombrable »

La vie profonde

Être dans la nature ainsi qu’un arbre humain,
Étendre ses désirs comme un profond feuillage,
Et sentir, par la nuit paisible et par l’orage,
La sève universelle affluer dans ses mains.

Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
Boire le sel ardent des embruns et des pleurs,
Et goûter chaudement la joie et la douleur
Qui font une buée humaine dans l’espace.

Sentir, dans son cœur vif, l’air, le feu et le sang
Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre ;
— S’élever au réel et pencher au mystère,
Être le jour qui monte et l’ombre qui descend.

Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l’eau,
Et comme l’aube claire appuyée au coteau
Avoir l’âme qui rêve, au bord du monde assise…

Anna de Noailles – (Recueil Le coeur innombrable)

Profiter, que n’ai-je pas pris assez au sable des parties du goût de ta peau quand tu t’en étais roulée pareille à la vague dans l’éclat de notre m’aime cri, nus l’un dans l’autre, tous les habits de la grimace perpétuelle du monde jetés aux orties ? Profiter, de l’assaut  hors de la mort des guerres que mes parents ont traversé, ma main tenue, je me demande et jamais ne saurait, comment elle a réussi à franchir le feu meurtrier. Profiter, des guitares se collant aux murs des rues qui montent à la lune, accroché comme l’hibiscus mauve de rose tirant au bleu, le toro sans les oreilles ni l’aqueux sorti du labyrinthe. Profiter, éjaculé d’un front populaire ce refus de subir du con j’ai payé. Profiter, de l’équité qui laisse aux femmes les poils qu’un féminisme anti-nature arrache, pour une pseudo éternelle illusion infantile. Profiter, mon libre-arbitre sur tous les terrains de foutre bal comme un ça ira, si on y va, pas si y on reste. Profiter, à bâtir des trous dans les murs. Profiter, dans un monde aveugle de mon oeil visionnaire avant que la surdité ne l’ô raye. Profiter, vivre, vivre, ô oui vivre, debout putain de cheval, ruant des rins au centre d’un univers ne rêvant qu’au profit. Ne laisser au temps que la place légitime qu’il nous accorde, sans perdre le sens de l’heur lisible sur la voûte étoilée. Les jardins n’ont que des voyages au fond des valises et des épines aux bouts des tiges, raison suffisante pour ne rien ignorer de la culture de l’école buissonnière. Ne croire qu’en son âme dès lors qu’en se torchant, on a pas condamné un arbre à devenir victime de la divine comédie humaine.

Niala- Loisobleu – 2 Mai 2017
P1050300
(Promesse 3 – 2017 – Niala – Acrylique s/contrecollé, encadré s/verre 40×50)

CE QU’ÊTRE PEUT


CE QU’ÊTRE PEUT

Je sais plus ? Un matin, ou un soir ? Mais qu’est-ce que ça peut faire même s’il faisait noir le soleil était à l’intérieur, rien à voir avec un sable fin des Seychelles, des pilotis aux Maldives, un safari à la fonte du Kilimandjaro, non mon gars, rien à voir avec tous ces mirages que les futurs marchands de  fromages te proposent en tartines. Pas un faux rêve, fabriqué dans les usines de Bollywwood, sur un éléphant qu’est même pas rose, ni bleu ni rien, mais gris de trop de sécheresse. Un coin doux et chaud comme une Colombe, qui te tord le boyau du coeur, parce que bien sûr qu’on l’sait que la vie est une chienne enragée, mais qu’on est pas là pour se faire mordre. Et si bien décidés, qu’on a compris que c’est pas en aboyant comme des chiens mécaniques que l’on bloque le passage des caravanes. Il y a ceux qui font du bruit et ya ceux qui passent à l’acte. Tu connais Entraigues, ah l’Ardèche tu croyais que c’était une nouvelle expression, l’Art Dêche, une chanson de lampistes. Bof, c’est vrai que c’est beaucoup moins voyant que les préoccupations de la jet set. Le poil ça garde l’odeur de soi. Une paire de moustaches n’a pas séchée les traces du lait de chèvre, et le goût de la tome aux genêts des cheveux de Jean, la montagne s’est juste un peu reculée pour ne pas faire d’ombre à son zénith. Il est mort debout, dans un chant de blé, tel qu’il le voulait. A table avec les enfants de la cantine, ils partagent en couleurs de France, l’espoir de faire taire les profiteurs d’amour, les escrocs de la foi, tous ces trafiquants d’humanité. Et comme ce jour là, où le parapluie rouge en main, ils allaient Colette et lui à leur premier repas républicain, je chante « ça ira, ça ira, il est toujours vivant Jean Ferrat » !

Niala-Loisobleu – 2 Mai 2017