C’est peut-être


437003

C’est peut-être

C’est peut-être Mozart le gosse qui tambourine

C’est peut-être Colette la gamine penchée
Qui recompte en cachette le fruit de ses péchés
Jamais on le saura, elle aura avant l’heure
Un torchon dans les bras pour se torcher le coeur

C’est peut-être Grand Jacques le petit au rire bête
Qui pousse dans la flaque sa boîte d’allumettes
Jamais on le saura, on le fera maçon
Râpé Bora Bora, un mur sur l’horizon

C’est peut-être Van Gogh le p’tit qui grave des ailes
Sur la porte des gogues avec son opinel
Jamais on le saura, râpé les tubes de bleu
Il fera ses choux gras dans l’épicerie d’ses vieux

C’est peut-être Cerdan le môme devant l’école
Qui recolle ses dents à coup de Limpidol
Jamais on le saura, KO pour ses vingt piges
Dans le ring de ses draps en serrant son vertige

C’est peut-être Jésus le gosse de la tour neuf
Qu’a volé au Prisu un gros œuf et un bœuf
On le saura jamais pauvre flocon de neige
Pour un bon Dieu qui naît, cent millions font cortège

PROMESSE 2 / L’espoir ça prend toujours racine au plus bas.


PROMESSE 2 / L’espoir ça prend toujours racine au plus bas.

 

Le cagibi en déballant un effet de veste, offre en dernier recours, de quoi sauver le mal de coeur du vomir par-dessus bord au bastingage. Ma foi, tout est là pour satisfaire le nécessaire à fabriquer un épouvantail qui sauvegardera les oiseaux avec une nourriture non-empoisonnée. Le filet ajouté à la glu de l’oiseleur, trop c’est trop pour l’équilibre du symbole de la liberté absolue. Vole ô mon zoizo, vole et aime la beauté qu’il faut garder dans la perspective avenir. Quand ce fut la guerre et toute sa misère, mondiale, coloniale et sociale, le rationnement a forcé à inventer, pour compenser et maintenir. Le sang versé valant davantage que le sans temporaire. L’espoir ça prend toujours racine au plus bas. Quand t’as tout, vouloir en + c’est hâler le gâchis. M’est avis que le bleu va remonter plus haut dans mes bourses que dans le crack qu’à rentes…

J’aimerais à en mourir plus loin !

Niala-Loisobleu – 26 Avril 2017

P1050292

HEURE D’ETAIS


HEURE D’ETAIS

Le  dehors baigne dans la lumière cassée

Si le ton primaire n’était chaud la couleur se rabattrait sans doute

Il n’y a pas que les hommes pour s’égarer

La matière n’est pas à l’abri d’une erreur

Et puis c’est si facile de se laisser dériver surtout quand l’attente épaissit en opacité

Nous avons longuement dessiné ton nom aurait dit Eluard

en donnant au noir du fusain ta bouche sanguine  à qui parler en liberté

Personne pour répéter l’embouche  de nos attouchements picturaux

Les doigts de pinceaux ne sont pas plus exhibitionnistes que la pudeur de mes mains

Quelque part rien, n’existait pas

Temps tu naissais où j’étais

Blanche hyménée

Niala-Loisobleu – 26 Avril 2017

(Hymen et Cupidon – Peinture d’Alfred Stevens)