JUSTE BEAUTE


Jean-Paul Avisse - Tutt'Art@

JUSTE BEAUTE

Appuyée à la falaise de son rivage, ma pensée se tire les cartes, j’irais où tu seras, dit-elle en posant son doigt à la place où ce qui ressemble le plus à son amour est visible. On s’entend alors tourner les yeux dans la direction que le père du Petit-Prince a symbolisé pour décrire l‘amour. Partout les idées vont et viennent au détriment des bornes, l’air du numérique met des dents aux gencives de la photo du jour. Tout ça pour ça, a dit le metteur en scène, observateur sans complaisance du système. Pendant que le bleu ne cesse de se métamorphoser en papillon, une division blindée dopinions diverses colle ses affiches sur celles de l’autre. Au point qu’on voit la mélancolie s’essayer à se prendre pour une marque d’aspirateur qui se retrouve par la fenêtre après que l’apporte l’ait foutue dehors. Pourtant le méandre est bien moins tordu que l’entêtement abruti d’une buse dans le rôle de l’affluent . Nous n’allons pas assez sous le couvert pour trouver le nécessaire. Un verre à eau et un verre à vin séparent nettement sans diviser les résultats attendus, alors que la petite écuyère dans le moka est absolument déplacée. La nature initiale garde la mémoire de la fonction primitive, la transe graisser ne la fait pas du tout jouir, bien au con traire. L’évolution des mœurs ne changera jamais la manière de faire les bébés. Tant de mystère est dans le bien-être que de tout vouloir expliquer n’a d’autre effet que tout bousiller. Ta petite rivière où flottent les plus grands transports ne s’assèche que dans les remontées mécaniques du hors-piste, Comme mon arc ne se tend que par l’attraction de ton corps où tu l’as plongé, Un vol d’oies sauvages me remonte les vertèbres quand t’ouvre la vanne de transmission de ton amour par la fenêtre grande ouverte de ton âme. Qu’est-ce que la Beauté, si ce n’est la m’aime chose en vrai ?

Niala-Loisobleu – 1er Avril 2017

A VRILLE QUE VEUX-TU


0b4b540f6a06dec4806bf91fc9312250

A VRILLE QUE VEUX-TU

Ceci n’est pas une pipe me dit-elle en refermant la blague à j’t’abas si t’avances à bout portant Si ça sent le poisson c’est pas moi qu’en ai mis un au bout du fil, vu qu’en Avril comme en autre, moi, j’suis pas couvert du moindre A vrille, à vrille, putain c’est déjà l’embryon du prochain président qu’est dans l’oeuf Euphémisme que cette tristounette campagne où l’amer est en plein centre vil Nous n’irons plus aux bois trousser l’ô net passant En politique plus tu mens plus tu sondes haut, à croire que la statistique s’évalue à la canule mise au plus profond du trou à purin, En France on aime pas le Ricain, alors comme dab on va se la jouer Trump pour avoir de quoi s’en plaindre durant un quinquennat L’école publique continuera de laisser croire aux enfants qu’on vit en démocratie tout en leur sapant un peu plus le sillon qui les abreuve La Marseillaise grâce à la Bonne Mère, pourra perpétuer l’enfantement dans la douleur

Je vois l’herbe devant ma porte et je me dis qu’à la cabane j’ai pas besoin de mots quête Sans doute que mon impression de paradis vient de là Quand le feu avale nos forêts et qu’il n’y a pas d’avion dans le pompier, me reste le saut en dehors du vide que je peux peindre grâce au talent personnel de tout un chacun de vouloir aimer vivre Pas plus que toi, Bouffi, j’ai la capacité de refaire ce monde pourri, seulement ce qui pousse dans mon coeur ne dépend que de mon savoir jardiner propre La haine m’excite l’amour Fou et fier de l’être, voilà dans le pire des cas ce que je vous souhaite Et ça ce n’est pas une pipe, m’aime si nous voilà le 1er Avril

Niala-Loisobleu – 1er Avril 2017

1.09.2016 - 1