ASSECHEMENT


ce3ec5fb4be1d51ccac222d676df8cc3

ASSECHEMENT

Pourquoi aurai-je ouvert à ce rien qui d’un tout, submerge,

prend la place, s’installe comme chez lui

n’est-il pas entré tout seul ?

Non.

Il n’aurait pas eu la hauteur suffisante pour atteindre le bouton de porte

une courte-échelle  a poussé le pied du mur pour le lancer.

AUTREFOIS…

Autrefois,
nous rêvions trop
en vers et en couleurs
en parler d’avant les langues
nous masquions nos songes de sable
ou de crainte

Toujours à l’écoute du chant
du murmure des cicatrices
« on s’aime blessé » dit un poète
Nous le croyons…

Agnès Schnell

N’oublies pas

que la sensibilité est l’essence

le sel

volontairement

posé

pour qu’elle ne cicatrise pas

Ainsi l’amour ne s’oublie

comme une vulgaire denrée qu’on jette sans l’avoir finie

Niala-Loisobleu – 25 Mars 2017

 

10 réflexions sur “ASSECHEMENT

    • Ce qui refuse la verticale, s’enlise aux mirages des dunes et des autres. Il n’y a de soleil qu’au zénith des pluies, pour que l’humide se dresse Idéelle.

      J'aime

  1. Les châteaux d’eau aspirés par les maïs en pépie finissent par se taper les douves. Economie de pont-levis, reste à savoir où trouver l’herse verte…

    Merci affranchie.

    J'aime

  2. Dans le mot que la situation crie, l’encre renversée cherche l’oie dans les plumes taillées, on ne sait où…
    Mystère des chambres jaunes Idéelle, merci.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.