TOUT CONTE FAIT, SUITE A…


351ae9f9263af4d48b62a4b516813904

TOUT CONTE FAIT, SUITE A…

Quand le sabre en lui pénétrant les reins se retourna, il avala sans boire l’eau de là. Une idée défaite du passé. Dans les étuis, les cuivres ternissaient sans plus se prendre la tête à vouloir retrouver l’âme des violons. L’ocarina colle aux quintes, de son air cucurbitacée qui aurait percé ses fonds de culottes, sur un piquet d’école trop fréquenté pour imaginer sans tirer avec une mention très bien.

Son choix presque à terme, juste à deux pas du mûr, montrait comment sans coup férir, on peut se sortir du bilieux mal fréquentable. L’ictère cornue de la famille du crotale au sein se reconnaît aux bonnets 95 B, qui au premier signe de fugue, vous met en moins de 30 secondes, sur le carreau d’un ô cul us des polis tout à la main.

a74087b6344349d93f4016cb5e273eeb

Marcel à force de vouloir offrir ses pôles sur la poitrine et plus loin que les avant-bras de l’entrecuisse, au vu et au su d’un monde ouvert (que dans sa tête) comme un lit-clos en période de congés annuels, s’en était sans doute pas assez pris dans la tronche, pour qu’à chaque fois il remonte à l’assaut de l’infortune, qui veut gagner des biles lions.

Tout ayant une faim, Marcel, sans que rien ne l’ait laissé paraître se mit à regarder les étiquettes, pour voir ce qui entrait dans la composition du plat du jour. Le profiteur se reconnaît des autres, à ce détail près, qu’il s’imagine pas un instant plus pouvoir se gaver de son légume préféré :le naïf, qu’on trouve en tous climats et en n’importe quel potager du monde.

Sa Grand-Mère lui en avait eu beau montrer les différentes espèces, il en avait pas tenu compte par excès de bonté, probablement une séquelle judéo-chrétienne, qui avait réussi à l’infiltrer, lui le mécréant consacré (il est prouvé que le vrai mécréant est un croyant souvent plus sincère qu’un pratiquant de la messe du Dimanche à 11h). Son vieux copain Achille, l’étalon, comme l’avaient surnommé les filles, ne manquait jamais de lui réitérer entre deux stations, lorsqu’il voyageaient ensemble.

Je tiens à ma santé, lui renvoya son image depuis la glace de sa toilette, ablution psychique.

fr.pinterest.com.jpg

A force de mirages de leurs belles paroles sauf les chameaux, que voyaient ses yeux ? Eh ben rien que des cars à vannes, sans qu’un chien s’y hasarde. Troublant, non ? En un éclair il défoudrayât d’un coup son an blême. Frappé par une brusque apparition du Vésuve, lui projetant un documentaire sur Pompéi, ses maisons closes ouvertes aux partouzes, et où, à présent, l’or gît sous la cendre, sans qu’un phénix ait remédié à la situation depuis l’Antiquité. Surprenant non ?

Ton oeil droit ne connaîtra plus d’amélioration, l’intervention subie il y a maintenant quatre ans, a réussi en ce qui concerne la destruction de la capsule qui l’obstruait, mais a causé un affaissement de la rétine, qui en réduit la vision. Quant au gauche, c’est statu-quo, sa capsule ne s’est pas développée depuis ce même délai, restera-elle ainsi, ou proliférera-elle d’un coup, les deux sont possibles. On ne l’opère pas en l’état, chui là. Nous nous reverrons donc dans un an, si rien ne se produit entre temps…..merci Docteur., cligna-t-il des deux, acide.

Marcel, s’arrêta un instant devant son passé. Il vit dans un coin de la vitrine, une image de cabane, qui se tenait à l’écart des belles peintures à faire croire et des mélis-mélos du Grand-Guignol du quotidien. Il entra et vit un espace ouvert donnant sur la mer. Il avança vers son vélo en chantonnant que la mer on en voit jamais l’bout en apprenant à la prendre par le bon.

J’ai écrit ce billet en réponse à celui d’Océan de Couleur: « Sommeil d’une Vie »

Sommeil d’une vie

Niala-Loisobleu – 14 Mars 2014

526fc55588ca7d79ae04b25b55462bbb

Sommeil d’une vie


Label au bois dormant, la vie peut se ranger dans cette catégorie. Question de choix, je précise que ça n’est pas le mien. J’ai tenu ma promesse. Celle des voeux que j’avais fait en ne trouvant pas de génie dans l’embûche de mon chemin : devenir charmant sans être prince, pour aider à éveiller la Vie par l’Amour.
C’est plus que bonheur de partager ce concept avec toi Océan de Couleurs. Bon Jour l’Amour !

Océandecouleurs

Tout brille, cette lueur vacille. Démunie de sens,  l’histoire se brouille et recommence. Des silhouettes, une présence. Tout se répète en une absence. Le calme résonne dans l’écho. L’atmosphère est blanc, assaisonnée d’une brume d’insouciance. La localisation n’apparaît sur aucune carte. Tout se ressemble, c’est différent. Le noir fond comme neige dans un blanc sortilège. Le vent n’existe plus. Plus rien ne souffle. Seule la pensée déporte les nuages. Plus de brèche, plus de naufrage. La douleur dort profondément. Bercée par la douceur, absorbée par la créativité. Tout s’affronte et se mélange. Des visages sans voix, des voix sans visages. Aucune logique, mais tout a un sens. Des détails entassés, des mots déphasés. Il est difficile de comprendre dans le flou. Rien n’est clair mais tout paraît sincère. Des informations défilent et disparaissent aussitôt. Les personnes sont identifiables mais méconnaissables, adorables ou désagréables, abordables ou détestables. Tout est déstabilisant, il n’y a…

Voir l’article original 431 mots de plus