Mets tes Ô


e545b9be672146e50ff5e0d3a59a13e2

Mets tes Ô

Aujourd’hui un trop de pluie m’a fait gardé le cheval à l’écurie, les voix noyées n’étaient pas navigables pour la polyphonie. Bonne occasion pour fourbir les contraires de la fatalité

Aucune quête n’est inutile même si parfois elle pèse comme la neige sur la branche. Je cherche des mots qui soignent, des mots qui sentent frais, des mots qui disent vrai
des mots trempes à lavette pour nettoyer mon âme, des mots qui désinfectent, des noms d’oiseaux ou bien de plantes, des mots de miel, des mots de ciel pour effacer le fiel, des mots de source, des mots de souche, des vieux mots flambant neufs, des mots qui lèvent ceux qui tombent et redressent les arbres, des mots qui rafistolent et
font des cerfs-volants, des mots aux ailes d’ange, des mots sans trop de bleus mais plutôt des caresses, des mots qui corrigent la route et réparent les hommes. Entre les bordées de neige, le froid inaugure un cristal. Le ciel peut tenir dans la main d’un enfant. Même la chute d’un fruit prépare l’éternité.

JEAN-MARC LA FRENIERE

M’aime le vent en ce jour de tourment gibouleux n’a rien ôté par le vide. La longueur de mon regard reste entre les points de suspension des questions que je pourrais me poser si je louchais sur ce qui fait absence. L’image avec laquelle je vis fait sillon dans un chant où germe mon temporel

Niala-Loisobleu – 4 Mars 2017

16 réflexions sur “Mets tes Ô

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s