FREMISSEMENT VESPERAL


 

FREMISSEMENT VESPERAL

De mes lunettes

posées sur le chevet du livre

pas en corps fermé

glissent des émois

carreaux cassés de mon tablier

un bruit de billes au galop

Aimer ça va trop vite par finir

voilà déjà le coin de sa rue qui tourne

place

au dernier signe

d’une ô d’heur de peint sec

Niala-Loisobleu – 9 Février 2017

 

6 réflexions sur “FREMISSEMENT VESPERAL

  1. SORTIE

    Ineffable rigueur

    Qui maintint nos vergers,

    Dors mais éveille-moi.

    C’était, ce sera

    La lune de silex,

    Un quartier battant l’autre,

    Tels les amants unis

    Que nous répercutons

    En mille éclats distants.

    Qui supporte le mal
    Sous ses formes heureuses ?
    Fin de règne :
    Levée des jeunesses.

    Ineffable rigueur

    Qui maintint nos vergers,

    Tout offrir c’est jaillir de toi.

    René Char

    Faire l’éteint sel qui main tient Al humé, c’est mieux que des espérés…Merci affranchie.

    J'aime

  2. Roulée sur le ruban rouge du sans, ma langue se parle à elle m’aime pour saliver le peint sec d’un filet humide. Rayon au frisson de l’écaille qui ouvre l’ouie d’une respiration.
    Merci Marguerite.

    J'aime

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s