Une tempête et la suite


ba32eb6353b144102be6c211890c4a8c

Une tempête et la suite


Une tempête
Approchait, et je vis, en relevant la tête,
Un grand nuage obscur posé sur l’horizon ;
Aucun tonnerre encor ne grondait ; le gazon
Frissonnait près de moi ; les branches tremblaient toutes,
Et des passants lointains se hâtaient sur les routes.
Cependant le nuage au flanc vitreux et roux
Grandissait, comme un mont qui marcherait vers nous.
On voyait dans des prés s’effarer les cavales,
Et les troupeaux bêlants fuyaient. Par intervalles,
Terreur des bois profonds, des champs silencieux,
Emplissant tout à coup tout un côté des cieux,
Une lueur sinistre, effrayante, inconnue ;
D’un sourd reflet de cuivre illuminait la nue,
Et passait, comme si, sous le souffle de Dieu,
De grands poissons de flamme aux écailles de feu,
Vastes formes dans l’ombre au hasard remuées,
En ce sombre océan de brume et de nuées
Nageaient, et dans les flots du lourd nuage noir
Se laissaient par instants vaguement entrevoir !

Victor Hugo

La ligne d’horizon passée au-delà du chant de vision sous le glissement d’un plomb qui scelle, entre deux rabats-joie couchant toute tentative d’éclaircie, je ne vois que vents répétés, couvrant la voie. Des morceaux de ce qui fut un tout se déplacent sous les poussées, chapeau de paille des chaumes de ma place, où l’atelier recroquevillé, se rentre la tête dans les épaules. Même les vitres en appellent à la protection des volets, tant tremble la transparence devenue torrent.

Aujourd’hui les contrastes sont plus menaçants qu’hier. Dehors on ne récolte que d’hétéroclites choses venues dont ne sait où, comme de qui. Enorme différence avec l’ordinaire de la majeure partie du temps.J’imagine en voyant passer un bateau fantôme qu’il est ivre, agité seulement par la pensée de la robe qui se soulève que la mariée avait encore ses jarretières pour se retenir au bastingage avant l’ennui de noces. Le bruit s’intensifie autour des cotillons, pendant que l’entrejambe du tango glisse des images pleines de prés verts. Humeur friponne sautant l’élastique qui te ceint le ventre, je tape dans mes mains en regardant la pointe de ma pyramide suivre tes identiques désirs. Le sphinx, gardien fidèle, n’a pas failli, il a préservé le décrochement du soleil  de son zénith. Au lit d’ô ta lagune me fait de grands signes.

Restons solides au bleu du quai.

Niala-Loisobleu – 5 Février 2017

8 réflexions sur “Une tempête et la suite

  1. “L’être humain est ainsi fait qu’il se veut surtout autonome. La personne cherche l’autre qui la complétera, mais si l’autre lui apparaît comme une menace à son autonomie, elle se détournera. C’est pourquoi les forts sont condamnés aux faibles.”
    François Hertel (Six femmes, un homme)
    Merci affranchie.

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s