Ce jardin où je reste suspendu…


Ce jardin où je reste suspendu…

Sorti par la bretelle, l’état long épuisé va s’arrêter pour un changement de relais. Mon An Neuf, encore petit, nu jusqu’au bout de l’ongle, sait déjà par où il franchira la frontière de l’ancien. Délaissant l’autoroute par goût des chemins de traverse, il va s’offrir sans péage un sentier de contrebande.

Ainsi pensai-je au matin de la St-Sylvestre,

dans un environnement perso découvert de fausses promesses et assez nu pour ne rien me mentir, sachant assez d’hier pour taper à demain un vrai gospel. Chez les hommes le coton se récolte en toute saison.

Ma lumière à couper les ténèbres à la main gauche, me posant la bonne interrogation, hors du petit bouton, ce ver point noir du mentons-nous les uns aux autres.

Rendre aux hommes…ce que d’autres leur ont pris ? Le jardin à mon à vie ne dépendant pas d’un mythe infesté de serre-pans, produit où fait friche selon qu’on le jardine. Où tu laboures ton carré en permanence, où tu te la joues Waterloo en te bandant les yeux et l’appendice caudal en te la trichant Austerlitz.

Non ne pas donner à l’oiseau plus d’ailes qu’il n’en peut. Le corps beau tenant plus de fromages qu’il n’acte dans son plumage.

A peine les guirlandes arrivent à terme dans la culture à gagner le paradis ou à  ne plus jamais avoir froid en enfer, que les lucioles pourraient bien baliser l’entrée par derrière au cimetière des zélés fans de la dérision. L’esprit ceint de la faute imposée à la machine à vapeur. Pas celle du mariage pour tous ou de l’équité féministe voulant la peau du macho pour s’en revêtir. Ah ce jardin, qui assaisonne par défaut est un drôle de monde plus fort en gueule qu’en retroussage de manches. Vieux scout bidon qui tresse son haleine sans vouloir retenir que la mauvaise action c’est lui.

Le monde est notre désir.
Le monde est notre vouloir.
Il n’y a rien à dire du monde — sauf qu’il nous ressemble trait pour trait.
Si nous le trouvons médiocre — c’est que nous sommes médiocres.
Si nous le trouvons vain — c’est que nous sommes vains.
Si nous le trouvons affreux — c’est que nous sommes affreux.
Si nous le trouvons dur — c’est que nous sommes durs.
Si nous le trouvons morne — c’est que nous sommes mornes.
Si nous le trouvons petit — c’est que nous sommes petits.
Si nous le trouvons écœurant — c’est que nous sommes écœurants.
Si nous le trouvons hostile — c’est que nous sommes hostiles.
Il ne changera que quand nous changerons.
Il est nous et indéfiniment il nous ressemblera.
Pour l’instant c’est un monde de terre sèche.
Il y aura un brin d’herbe quand vous serez devenus brin d’herbe.
Ou alors laissez tout crever.
Les démoniaques des pouvoirs ont ce qu’il faut dans l’arsenal pour une gigantesque épouvante.
Une gigantesque Mort.

Louis Calaferte (L’homme vivant 1994)

Ainsi en sera-t-il

à mon jardin

resterai suspendu

Laboureur, semeur, récoltant

Niala-Loisobleu – 31 Décembre 2016

2433fee25b8cd615f06f79b9ff62e179