LE FOND DU JARDIN POUR TOI MON COEUR


a_006

LE FOND DU JARDIN

POUR TOI MON COEUR

 

Les poils métalliques de la brosse serrent désespérément la grille du jardin, lents glissements qui s’efforcent de faire couler l’alliage vivant, mis en coma par la rouille cérébrale. La clef grippe dans la serrure, mon esprit s’échauffe à vouloir lubrifier l’apporte.

Restés sur la table de nuit, au chevet de douceurs d’été n’ayant pas remarquées que l »hiver sévissait, des mots démaillés de longs tricots de jambes mêlées, semblent ne pas vouloir sortisr du rang.

On apprend pas aux innocents à se méfier des gens.Sur les épitaphes les regrets fleurissent, fleurs artificielles d’une non-reconnaissance de son vivant. Elles trompent et la nature et les sentiments. Amorale une intention, se promène nue dans le vestiaire de la salle des us et coutumes, d’un seul coup d’oeil, avisant le corniaud, elle trouve sa taille et ressort déguisée. La divine comédie se met à jour.Abandonnée aux côtés d’un stylo sec, quelques grilles force cinq cherchent le mot.

Derrière la page froissée, le coeur croisé donne l’image redressée du sein affaissé sous une page de pub pour lifting.

Non j’aime que tes nichons tombent, je m’y suis fait tant de mues aux paumes. Comme il est ton sein, il est beau en fruit mûr, généreux de vérité, pulpeux de bonté et tant mieux s’il ne fait pas le devant de l’étalage du fruitier, ces fruits là sont sans aucune saveur.

.Les cubes aux images effacées, alignés derrière un soldat de plomb sans tête et un cheval à bascule, font des ombres chinoises sur les murs de la communale. Le golf n’existait pas dans les rues de mon quartier, Tintin courait après Milou, qui faisait plein de trous dans les interdictions de marcher sur les pelouses.

Gainsbarre me poinçonne toujours quelque part, c’est comme d’Artagnan qui ne m’a jamais fait perdre les Ferré de la reine rue Mazarine. On se retrouve tous les soirs sur un ban d’applaudissements dans une guinguette des bords de Marne.

Sans les frimeurs des Halles, les gogos de la rue de Lappe, les pochetées du Moulin-Rouge, les jobards du Dôme, les zorros du Paradis-Latin.

J’m’r’tiens plus les demains, on est un bon jour !

L’index en s’faufilant dans ton jardin, par-dessous la clôture, est loin de se sentir mis en quarantaine, m’aime qu’au point où ça t’met, mon pouce fredonne la java bleue. Ouah… voilà qui sort l’accordéon de son placard…

Le monde sale en jetant ses épouvantables corruptions sur mon innocence a cru pouvoir en jaunir l’herbe tendre de ses mictions au nitrate, mais la fragrance tendrement voluptueuse et pure de la Fleur d’Amour a l’Esprit Saint. Elle demeure humaine, mon Âme que pour Toi mon Coeur.

Niala-Loisobleu – 19 Décembre 2016

 

 

14 réflexions sur “LE FOND DU JARDIN POUR TOI MON COEUR

  1. très beau !une belle déclaration.
    l’oiseau dis moi si tu reçois ou pas mes anciens articles sur ton blog car je ne veux surtout pas te causer involontairement de l’ennui et,si c’est le cas je me retirerai de ton blog que j’aime pourtant beaucoup..en attendant je te souhaite de belles fêtes.

    J'aime

    • Bonjour Marguerite, une déclaration qui passe allègrement au travers d’un moment où la chaleur n’est ni du coeur ni du temps, pour montrer et besoin est, que l’Amour ne perd rien de son intensité humaine.
      Pour ton site, il semble que ça fonctionne pas mal puisque je viens de recevoir ton commentaire sans problème. J’en suis tout comme toi, bien ravi.
      Je te fais bisou-bisou, bonne fin de journée.

      Aimé par 1 personne

      • moi aussi un bisou à toi ‘oiseau j’étais un peu triste d’avoir à déserter ton blog superbement illustré ,perdre aussi ces billets que tu écris…je ne comprenais pas alors,j’étais préparée à partir et,je te l’avoue un peu déçue…les mots sont source de malentendus disait le petit prince de ST EX et je ne veux pas de malentendus mais juste de l’amitié:)

        Aimé par 1 personne

  2. En entrant dans le jardin, le visiteur ne s’étonne pas de voir des petits-pois sur la cravate du bouleau, alors qu’il sait pertinemment que celui-ci ne va pas pointer à l’usine…
    Merci Jamel.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.