GERALD BLONCOURT


EXTRAITS

La colère
est en moi
je hume l’existence
je me heurte
aux fils de fer barbelés
de la désespérance
je franchis les ruisseaux
boueux de l’inquiétude
Martissant, Carreour-feuille,
Bizoton, Jérémie, Jacmel,
Pétionville, Port-au-prince,
l‘Ile de la Gonave,
bruissants de misère
L’azur est en folie
Tout se mêle
S’entrecroise
Et se noue
Je sonde l’espace séculaire
Ce brassage de peuples
Qui fil sonner le glas
Du sordide esclavage

Je dis à la jeunesse
Aux yeux-diamants
luisants d’espoir
Aux cohortes affamées
des bidonvilles
aux créateurs
peintres
poètes
écrivains
L‘heure est venue
De dire NON
aux imbroglios
des politiciens véreux
aux corrompus
aux assassins

Le jour se lève
en ma mémoire
Les « CINQ GLORIEUSES » de Janvier 1946
Ont offert au Monde
Un sursaut salutaire

Haiti d’infortune
des tremblements de terre
tes enfants sont là
Kampé ! Debout !
Je crois en tes vertus
En vous
Nouvelle générations
Je crois en ce renouveau cosmique
De Liberté, d’Égalité et de Fraternité

Je dis Merde à l’Espace
Je crie mon mot d’ordre
« Kembe fèm ! pa lagé ! »

Salut à vous
mes racines profondes
mon doux parlé créole
mes cassaves, boborits
rapadou, mes rorolis,
mes pisquettes grillées
mon choux palmiste

Salut à vous Furcy
Kenscoff, le Morne Bourrette
Le Massif de la Selle

Salut à vous
Dessalines, Toussaint Louverture,
Héros de l’Indépendance

Salut à vous Jacques Roumain, Jacques Stephen Alexis,
Gérard Chenet, René Depestre
Et tous les autres

Je m’incruste dans les rues démembrées
Je soude espoir et certitude
pour bannir l’obscurité.

 Gérald Bloncourt

29 novembre 2016

.

gerald-bloncourt

Gérald Bloncourt

bloncourtblog.net

14 réflexions sur “GERALD BLONCOURT

    • POUR T’ECOUTER ENCORE

      Elle était…

      Elle était si belle

      si frêle

      si douce

      si jolie

      Elle était mousse

      feuille d’automne

      bourgeons de printemps

      Elle était cannelle

      poivre

      sel

      et sucre

      Elle était courbe

      ligne

      grâce

      Ses yeux était lacs

      Sa taille était musique

      Elle était vol d’hirondelle

      ailes de papillon

      goutte de rosée

      Elle a passée dans ma rue

      et elle a disparu…

      Elle a repassé dans dans ma tête…

      depuis je l’ai revue…

      Gérald Bloncourt
      Paris- Juin 1983

      D’île en elle, s’attache ce qui ne vogue pas qu’en mode de passage….
      Merci ellea40ans.

      Aimé par 1 personne

  1. Très marqué par Fidel Castro auquel il porte une forme de vénération que ses origines à mon sens expliquent, je ne partage pas bien entendu son propos, Fidel est et restera le dictateur de Cuba, traître à sa propre révolution.
    Merci Isoptech.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.