EMPLOI DU TANT


3e4a0e1515cd5666759a183c53bcd710julia-griffin

EMPLOI DU TANT

Entre les presse-livres un petit morceau d’air

sursaute, puis se remonte la mèche

pas vu, pas pris …

Ainsi ce qui ce passe derrière le rideau de faire

va son petit-bonhomme de chemin, s’arrête, repart, jette un oeil

l’autre en marque-page

Le couloir de la porte laissée entrouverte mijote doucement sur le coussin du chat, sans que le laid déborde. Tu peux mailler des caresses intimes de la pelote pendant qu’autour de toi rien ne mouille au dehors. Le taire craquèle.

De la corne insonore fait pencher la plante verte du pied.

Ceci étend le destin en carpette de chaque côté des pages de l’histoire. Le lit s’attache à conserver son ressort pour nous garder en cuillères.

Ta peau ne pèle…j’en vois la vie en ligne.

Niala-Loisobleu – 21 Novembre 2016

HAUSSEMENT DES PÔLES


HAUSSEMENT DES PÔLES

SAGESSE

« Si tu veux construire un bateau,

ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres,

pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose…

Si tu veux construire un bateau,

fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes

le désir de la mer. »

.Antoine de Saint-Exupéry

Au ber l’ossature navale s’appuie, écoutilles fermées au fil du ria

Tranchant de l’étrave en figure de proue, spires de l’hélice écartées des filets de pêche

Sur l’horizon les écluses attendent le retour du désir

Aucune invite

Aucun s.o.s

Seule une amarre à l’écoute

Ne quitte l’ancre des yeux, la plume dans dans l’encrier

Marée fidèle aux estrans, tenant les oiseaux blancs en mouvements

Odeur de flux montant le long des seins du môle

Rien ne dort de l’attente retenue au corps mort d’un coupe-vent

Les mouettes, ailes déployées sur le sillage, tracent l’épure du futur

Vents stériles balayés par le prononcé d’une volonté humaine sortie de l’urne.  poussant les cendres racoleuses aux brisants.

Niala-Loisobleu – 21 Novembre 2016

12191774_923297897735900_3336642018512736212_n