L’Adolescent Souffleté


L’Adolescent Souffleté

Les mêmes coups qui l’envoyaient au sol le lançaient en même temps loin devant sa vie, vers les futures années où, quand il saignerait, ce ne serait plus à cause de l’iniquité d’un seul.
Tel l’arbuste que réconfortent ses racines et qui presse ses rameaux meurtris contre son fût résistant, il descendait ensuite à reculons dans le mutisme de ce savoir et dans son innocence.
Enfin il s’échappait, s’enfuyait et devenait souverainement heureux.
Il atteignait la prairie et la barrière des roseaux dont il cajolait la vase et percevait le sec frémissement.
Il semblait que ce que la terre avait produit de plus noble et de plus persévérant, l’avait, en compensation, adopté.

Il recommencerait ainsi jusqu’au moment où, la nécessité de rompre disparue, il se tiendrait droit et attentif parmi les hommes, à la fois plus vulnérable et plus fort.

René Char
Je fus d’abord anonyme. Lâché, ignorant tout du parachute. Mais pareil en tout cela que tous les autres marmots mis au monde.
Gardant la leçon première de natation in puris naturalibus.
Le premier aiguillage survient, c’est la règle imposée. Le bon comme le mauvais vont s’y trouver.
De toutes les naissances successives qui s’ensuivront, la plus importante se situe dès l’apparition de la règle imposée, elle s’appelle l’Equilibre. Auquel nous ne cesserons jamais de devoir faire appel. Ying et yang. Nôtre Porte Basse.
Je suis né d’une pierre brute
j’ai levé la tête
puis à genoux au sol ai tracé
Pierre
j’ai poli
j’ai monté rang après rang
pour atteindre la flèche
j’émane d’avant pour après
je construis ma cathédrale
mécréant sacré
Homme de Foi
Niala-Loisobleu – 18 Novembre 2016
127-one-day-after-the-election

8 réflexions sur “L’Adolescent Souffleté

  1. J’ai vu des échelles perdre des barreaux, en m’aime temps qu’un nuage lâchait un escalier de secours de son poignet, des chants ne donnant plus de blé alors que Brel volait de jardin en verger…oui j’ai vu que rien ne se pouvait, sans qu’au contre air on ne se botte pas le cul !
    Merci carnetsparesseux.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.