LE RISQUE ET LE PENDULE


LE RISQUE ET LE PENDULE

Toi qui ameutes et qui passes entre l’épanouie et le voltigeur, sois celui pour qui le papillon touche les fleurs du chemin.

Reste avec la vague à la seconde où son cœur expire.
Tu verras.

Sensible aussi à la salive du rameau.

Sans plus choisir entre oublier et bien apprendre.

Puisses-tu garder au vent de ta branche tes amis essentiels.

Elle transporte le verbe, l’abeille frontalière qui, à travers haines ou embuscades, va pondre son miel sur la passade d’un nuage.

La nuit ne s’étonne plus du volet que l’homme tire.

Une poussière qui tombe sur la main occupée à tracer le poème, les foudroie, poème et main.

René Char

Ce soir la lune fait son jour, une autre voie parle en son non.

Dans mon portrait je ne me suis pas reconnu au premier chef.

Il y a la mer dans un ciel à sec

dévoilé

Niala- Loisobleu

14 Novembre 2016

8d4608da6ef018fc32f006f3aa5f07be

 

ContactMembresConditions d’utilisa

TOUTE D’ECUME NUE


TOUTE D’ECUME NUE

 

Une chaleur de peau, velue d’ailleurs s’interpose entre l’appeau et l’habit.

Suint métronome, after-shave d’un faune après midi recréatif.

L’amour se la joue contre joue, serre yeux ; l’abrupt, le bon et le tuant avec les ongles pour seule cordée.

Au pourri d’un sol de feuilles jetées, des maux froissés traînent leur peine sur un Toi glissant. Si les souches n’accrochaient pas les cheminées, les mitres railleuses faucheraient les flammes avec des rafales de suie. Bistre blanc, pathologie nuisible de nitre, couvrant la respiration sous ses goudrons.

Faut-il en taire où convient-il d’en dire ?

Les dents jaunies des faux-sourires ne mordent qu’en caries.

L’Arbre Lui,

gardien du tant

fait étape aux vols libres

du premier cri

La petite-fille pousse et grandit. Son ventre, fruits-seins, épanouit l’océan pour dire le verger est là, gardant aux vagues et blancs moutons tout le sel du seul encrage. Au marais les carreaux ouverts, plongent leurs yeux amoureux dans la manche à air .

-Ma mer est rapporteuse de nielle à nos planches de salut, empreinte en soufre ornant la Lettre par chemins empruntés, chantonne-t-ailes…

 

Niala- Loisobleu – 14 Novembre 2016

 

miho-hirano8nngih1rlaql2o10_1280