LETTRES DE PANDORA 6 (et Fin)


LETTRES DE PANDORA 6 (et Fin)

Bernadette Griot

3 h, Papeete
 
Ici, je me souviens Athéna : la mère et la mer.
Se baigner dans l’une et dans l’autre avec force et douceur.
Le corps immergé dans leurs eaux tranquilles, est abandonné au
plaisir de l’attouchement.
Sans défense, la nudité offerte ignore le danger dans le berceau
caché du miroir. Illusoire étreinte.
Ici, se perdre.
Là, toucher le fond.
Ailleurs, le vertige.
 
C’est dans cet enfer de silence que le désir parle d’être. Naître
au
nom du père
, même absent.
 
Nommer, est question vitale. N’est-ce pas ?
Une plante à l’odeur sauvage peut aller si vite au sacrifice…
 
Pandora
____________________________________________
Ah l’amer
l’amer, l’amer, l’amer…
qu’en as-tu
d’enchanté mon Alain ?
Un mauvais coton, oui sur lequel t’as pain dur.Ta tripe folle jusqu’au fond du pétrin
Le quignon tellement décoiffé qui te reste rin de rin de l’aqueux du cheval.
Tournez manèges…disent nés lands,
les bruyères ont fanées avant que les lauriers soient coupés. Le mickey s’a fait avaler par le trou du cru hier…
La mère et son golf clair, faute de pair, j’en ai posé ma cabane sur sa grève. Faut bien con penser l’illusoire étreinte. Sortir de l’abysse sans fin d’un vice de la progéniture.
Si Toi, c’est tant mieux que la mer te flotte en toutes saisons. Nage en ailes,
M comme Mère
c’est nommé, bien dit.
Moi je m’appelle personne
mais je pue plus sauvage qu’un pore en vase qui a gagné son authenticité et Père dû rien !!!
Niala-Loisobleu – 12 Novembre 2016
alia-qunhua-1403-640x853

A FRONTON


A FRONTON

S’étrangler la ligne droite à la corde du virage

regard tourné derrière la carte est-ce que ça sert ?

Ya t’île un ô séans à l’estuaire ?

Crever l’oeil-de-boeuf

percer ce toi

vider l’égrainé

labourer des ongles

jusqu’au sans arrêt

Ya t’île un ô séans à l’estuaire ?

Si vous étier le bon chemin

Marin Marais

auriez vous poivrer la saudade

dans un viole migratoire ?

Ya t’île un ô séans à l’estuaire ?

Oui t’humer

fleur de celle qu’on galope 48 heures sur 24

déraison à n’en plus savoir que dire

qu’écrire à jeter l’encre et partir

d’une vague de fond à la surface

soie toi m’aime

caravane malles et valises

le trauma d’air

m’oedème les poumons

mets haro peau taire

Ya t’île un ô séans à l’estuaire ?

Je chaloupe à tes hanches

tiré par les chiens fous de ta poitrine

dans l’airain de ton échine

où le fol amour armature

L’invertébral escalier

à la gîte de tes rugissants

violet des embruns crachés par la fureur lubrique

qui déglace le rétroviseur voyeur

te renverse au chevet des livres de messe

plus diablo nique

que l’âne de bourre y dents

Puti

que je la vois

là devant

c’est Elle Emoi

l’Île aux Séans

Niala-Loisobleu – 12 Novembre 2016

dsc_3606-2